NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Un livre numérique sur deux serait piraté





Le secteur audiovisuel n’est pas le seul à se sentir menacé par les téléchargements illégaux. Le site internet Youboox a publié une étude qui affirme qu’un livre numérique sur deux est piraté. Selon lui, « il faut rapidement donner aux éditeurs un moyen d’agir » contre ce manque à gagner.


Un livre numérique sur deux serait piraté
Les protections numériques lancées par les éditeurs par le biais de la gestion des droits numériques (GDN) ne suffit apparemment pas. Le site internet spécialisé dans les ebooks, Youboox, a réalisé une enquête pour alerter sur le piratage.

D’après lui, un livre sur deux est piraté. Les bandes dessinées seraient particulièrement touchées avec 59% téléchargées illégalement. Tous les types d’ouvrages sont concernés par ce phénomène et « pas seulement les best-sellers et les auteurs connus ». Qu’il s’agisse de PDF, de EPUB ou de DRM, « tous les types de supports et formats sont concernés. » Et ici aussi, « les sites de téléchargement ne manquent pas et les réseaux peer to peer ont largement accéléré le phénomène. »

Pour le site, « il faut rapidement donner aux éditeurs un moyen d'agir contre ce piratage pour éviter que cet usage ne s'installe. »

Livres numériques encore trop chers

C’est toujours les mêmes discussions. Comme pour la musique, les principaux obstacles restent l’accès et le coût. Tant que les voies honnêtes seront moins performantes et particulièrement chères, le piratage sera populaire.

Le secteur des livres numériques qui a explosé en 2013 (+110% avec 5 millions vendus) va augmenter de moins en moins rapidement. Les premières prévisions tablent sur +70% en 2014, +53% en 2015 et +30,4% en 2016. Petit à petit, le secteur réalise qu’il a déjà touché la clientèle prête à payer cher des livres numériques.

Les autres utilisateurs, les pirates, ont du mal à comprendre qu’une version virtuelle coûte aussi cher, voire parfois plus, qu’un livre traditionnel. L’utilisation des numériques est alléchante lorsqu’elle permet un usage différent, de consultation et de documentation par exemple, des prix équivalents ne sont justifiés que pour une part très limitée d’utilisateurs.

En plus, d’après le site spécialisé dans l’édition ActuaLitté, l’étude de Youboox n’est pas à «  prendre l'étude au pied de la lettre : un panel d'une centaine de titres, alors que l'offre légale serait de plus de 100.000 livres numériques en France, ne saurait être représentatif de ce que le piratage peut réellement être. Par ailleurs, si un ouvrage sur deux est réellement disponible en version contrefaite, cela n'implique pas non plus que les utilisateurs puisent dans ce vivier. »