NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Un nouveau satellite européen bientôt lancé





Un nouveau satellite du programme européen Copernicus sera lancé depuis le Cosmodrome de Plessetsk, dans le Nord de la Russie, le 13 octobre à 9h27 TU (11h27, heure de Paris).


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits
La flotte de satellites Sentinelle a pour mission de fournir les très nombreuses données et images sur lesquelles s'appuie le programme Copernicus de la Commission européenne.
Ce programme de surveillance de l'environnement hors pair nous offre de nouvelles perspectives dans l'observation et la gestion de notre environnement, dans la compréhension et l'atténuation des effets du changement climatique et dans la préservation des modes de vie.
Dénommée Sentinelle 5P pour « précurseur de Sentinelle 5 », cette nouvelle mission est la première du programme Copernicus à être consacrée à la surveillance de notre atmosphère. Elle comprend un spectromètre de pointe, Tropomi, qui est capable de mesurer les concentrations d'aérosols et de nombreux gaz à l'état de traces tels que le dioxyde d'azote, l'ozone, le formaldéhyde, le dioxyde de soufre, le méthane ou le monoxyde de carbone, qui sont tous présents dans l'air que nous respirons et influent par conséquent sur notre santé et le climat de notre planète.
Doté d'une largeur de fauchée de 2600 km, le satellite pourra cartographier quotidiennement l'ensemble de la planète. Les informations qu'il recueillera viendront alimenter le Service de surveillance de l'atmosphère de Copernicus, qui a pour fonction d'établir des prévisions de la qualité de l'air et de fournir une aide à la décision.
D'autres services bénéficieront également des données de Sentinelle 5P, notamment les services de surveillance des émissions de cendres volcaniques, indispensables à la sécurité du trafic aérien, ou encore les services de suivi des concentrations en rayonnements UV dangereux pour notre épiderme.
En outre, les scientifiques exploiteront les données afin d'approfondir leur connaissance des principaux processus atmosphériques qui influent sur notre climat et sur la formation de trous dans la couche d'ozone.
Sentinelle 5P a été mis au point pour assurer la continuité des observations de l'instrument Sciamachy du satellite Envisat, en attendant que Sentinelle 5 ne prenne la relève, mais aussi pour compléter les données fournies par l'instrument GOME-2 à bord des satellites MetOp.
Par la suite, les charges utiles Sentinelle 4 en orbite géostationnaire et Sentinelle 5 en orbite polaire, toutes deux embarquées sur des satellites météorologiques exploités par Eumetsat, surveilleront de concert la composition de l'atmosphère pour les besoins des services atmosphériques de Copernicus.
D'ici là, la mission Sentinelle-5P jouera un rôle clé dans la surveillance de la pollution atmosphérique.
Cette mission est le fruit d'une collaboration étroite entre l'ESA, la Commission européenne, le Bureau néerlandais des affaires spatiales, l'industrie, des utilisateurs de données et des scientifiques. Le satellite été conçu et fabriqué par un consortium réunissant près de 30 sociétés et dirigé par Airbus Defence and Space UK et NL.