NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Un système de vidéosurveillance autonome et intelligent





À Lille, un dispositif de surveillance innovant, capte et décrypte sons et images, sans intervention humaine.


Un système de vidéosurveillance autonome et intelligent
Vidéo et audio. Il s’agit d’un boîtier intelligent. Conçu pour la vidéosurveillance, il enregistre et analyse sons et images. Jusqu’ici rien de fou. Et pourtant, ce boîtier imaginé par des chercheurs de l’Ifsttar, l’Institut de recherche dans les transports, dans le Nord de la France, pourrait bien « révolutionner la surveillance dans les lieux publics », dixit le site de 20minutes qui se fait l’écho de cette invention.
 
En effet, ce système de vidéo et audio surveillance, a été mis au point en collaboration avec des entreprises partenaires comme Thalès ou le CEA, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives. Surtout, ce dispositif muni de capteurs et appelé DéGIV, pour l’acronyme de « détection et gestion d’incidents dans un véhicule ferroviaire », pourrait offrir de nouvelles fonctionnalités, notamment, pour sécuriser les lieux publics.
 
Il peut en effet observer et analyser en temps réel, et de manière autonome, « les comportements et les situations inhabituels à travers les images et les sons. » La grande différence avec les systèmes actuels ? Ces derniers ont besoin d’une analyse humaine. DéGIV, lui, s'en passe. Le boîtier est « le fruit d’une dizaine d’années de recherches sur l’analyse des comportements dans les lieux d’attente comme les gares, les stations de métro ou les aéroports », explique à 20minutes, Sébastien Ambellouis, chercheur à l’Ifsttar.
 
A l’origine, il devait être embarqué dans les trains, « pour surveiller les agressions et les actes de vandalisme. Mais il peut s’adapter », selon Sébastien Ambellouis. S’adapter, comme par exemple, pouvoir visionner et analyser des images d’attentats comme à Bruxelles la semaine dernière ? Oui, et le chercheur précise : « ce serait un retour d’expérience intéressant pour affiner notre système de modélisation des comportements. Examiner ceux qui ont posé les bombes permettrait de bien comprendre ce qui les diffère des autres personnes dans leur comportement. » Dans la pratique, il faudrait que DéGIV ait accès à de telles images. Pour le moment, ce n'est pas le cas.
 
Toujours est-il, le système DéGIV « assure d’ores et déjà le suivi de plusieurs personnes et pourra bientôt assurer des fonctions d’identification et ré-identification pour un individu enregistré par différentes caméras », peut-on lire sur le site de 20minutes.fr. « Grâce aux vêtements et leurs couleurs ou à la taille de la personne, on peut repérer si elle entre avec une valise et ressort sans, par exemple », explique le chercheur. Un repérage qui incombe normalement à la police. DéGIV pourrait donc apporter aux services concernés une aide précieuse. Pour l’heure, ce boîtier intelligent est au stade de la pré-industrialisation. Et c'est sûr, on va continuer d'en entendre parler.