NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Une transplantation crânienne a été effectuée grâce à une imprimante 3D





Une équipe médicale des Pays-Bas vient annonce avoir effectué une transplantation crânienne d’une prothèse en plastique fabriquée par une imprimante 3D. La nouvelle technologie intéresse particulièrement la médecine pour le remplacement de parties osseuses.


Impression d'écran
Impression d'écran
Une équipe médicale de l’Université d’Utrecht vient d’annoncer avoir remplacé un crâne humain par une prothèse réalisée par une imprimante 3D. C’est une première mondiale qui démontre le potentiel de cette nouvelle technologie. Grâce à la précision de la machine, le crâne humain de la patiente a été recopié puis implanté.
 
L’université des Pays-Bas a révélé que la patiente de 22 ans souffrait d’une maladie qui fait grossir le crâne et comprime le cerveau. À terme, cette pathologie peut causer de graves troubles et la mort. Jusqu’ici les opérations osseuses impliquant des remplacements, étaient effectuées avec des prothèses faites à la main, bien moins précises.

Scan, impression et remplacement

Dans le principe, l’opération peut être résumée ainsi : scan du crâne, impression en plastique puis remplacement. Évidemment l’opération est très complexe et il s’agit d’une véritable prouesse qui a nécessité 23 heures d'intervention chirurgicale.
 
Une vidéo a été publiée sur le site du Centre Universitaire Médical d’Utrecht (ci-dessous). La salle d’opération y est filmée et l’opération à crane ouvert est visible, les images sont impressionnantes. On y voit les morceaux de crânes d’origine qui ont été découpés et mis de côté. Une fois le cerveau mis à nu, les chirurgiens placent la prothèse en plastique puis referment. C’est le Docteur Bon Verweij, neurochirurgien en charge de l’opération, qui explique in situ les différentes étapes de l’intervention.
 
L’opération a été effectuée il y a trois mois mais l’équipe a préféré attendre d'en savoir plus sur l'état de santé de la patiente. Elle se porterait bien et aurait repris le travail. Par respect pour son intimité, aucune photo d'elle après l'intervention n’a été publiée mais les scientifiques affirment qu'à première vue on ne remarque pas ce qu'elle a subi .
 
Cette utilisation de l’imprimante 3D a un grand avenir devant elle. Après les critiques sur l’utilisation de la machine pour créer des armes à feu, on commence à réaliser son potentiel.