NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Vincent Callebaut, architecte du futur





Aujourd'hui, se faire une idée du style architectural qui composera le monde dans les cinquante ou cent prochaines années relève encore du mystère. Comment se concrétiseront les évolutions apportées aux constructions immobilières des futures générations ? Les réponses à une telle interrogation sont encore inconnues à ce jour. Il n'empêche, que les projets audacieux de l'architecte Vincent Callebaut peuvent être considérés comme des pistes sérieuses pour y répondre. Afin que tout un chacun puisse imaginer les paysages urbains et ruraux pour les décennies à venir, un coup d'œil sur l'imagination de cet architecte utopiste s'avère très enrichissant.


Illustration par Philippe Steels pour http://vincent.callebaut.org
Illustration par Philippe Steels pour http://vincent.callebaut.org

De plus en plus de villes, de moins en moins de terres cultivables

Un peu plus de 7 milliards d'individus sont aujourd'hui recensés sur la planète. Les statistiques estiment que près de 60 % de la population est regroupée dans les aires urbaines. Les prévisions de certains organismes comme le Programme des Nations Unies pour le Développement considèrent qu'en 2025, 5,5 milliards de personnes peupleront les villes, et en 2050, les habitants des zones urbaines constitueront environ 80 % de l'Humanité. Cette poussée démographique nécessite dès aujourd'hui la mise en œuvre de diverses mesures dans nombre de domaines afin d'assurer la quiétude des futures générations. Concernant l'agriculture par exemple, les exploitations réalisées par l'homme sont actuellement en passe d'atteindre leur limite. Environ 80 % des sols cultivables sont effectivement utilisés aujourd'hui, sans parler des 15 % déjà inexploitables en raison de la désertification, de la pollution ou encore de l'agriculture intensive. Afin de s'assurer que la future population de la planète dispose de ressources alimentaires suffisantes, l'extension des surfaces arables s'avère essentielle, sans oublier que les villes devront décupler en raison de l'augmentation démographique.

L'architecture verticale urbaine, clé essentielle pour l'urbanisation du futur

Conscient de ces problématiques terriennes qui devraient constituer les principaux enjeux des futures générations, l'architecte belge Vincent Callebaut a imaginé, depuis plusieurs années, des projets architecturaux d'un nouveau genre. L'architecture verticale urbaine serait ainsi la meilleure alternative à même de répondre à la fois à l'extension des villes ainsi qu'au besoin incontournable de multiplier les surfaces cultivables. À proximité de Hong Kong, la ville de Shenzhen s'est d'ailleurs attaché les services de l'architecte afin d'imaginer les futurs aménagements qu'il faudra réaliser à l'avenir en tenant compte de la problématique. Vincent Callebaut a ainsi présenté son concept de fermes verticales regroupant 6 bâtiments atypiques au design avant-gardiste. À l'abri des aléas des intempéries, la culture de légumes, de fruits ou encore de céréales est réalisable au sein de ce type d'immeuble. En outre, une certaine partie des surfaces sera destinée à des appartements, des commerces ou encore pour accueillir des bureaux. Conciliant savoir-faire architectural, respect de l'écologie et maîtrise de la science et des technologies, Vincent Callebaut redéfinit l'urbanisation avec ses visions futuristes, mais convaincantes.

Vincent Callebaut, architecte et prospectiviste

Architecte basé dans la capitale française, Vincent Callebaut a étonné les observateurs avec ses nombreux projets imaginés au cours de ces dernières années. Ce visionnaire qui collectionne les récompenses a gravi petit à petit les échelons pour être au-devant de la scène aujourd'hui. En 2000, le Grand prix d'architecture René Serrure lui est décerné par l'Institut Victor Horta de Bruxelles. À la même période, sa vision du Metamuseum des Arts et Civilisations du Quai Branly lui vaut également une récompense. Dès lors, la voie est tracée pour l'architecte : se projeter dans l'avenir et concevoir le monde de demain grâce à des visions audacieuses, écologiques et technologiques. Les projets signés par Vincent Callebaut se multiplient et sa notoriété prend de plus en plus d'ampleur. La large exposition médiatique entourant ses conceptions n'est que le juste retour des efforts déployés au service de la conception de ses projets.

Une mine de projets destinée aux villes du futur

Au cours de ses travaux, Vincent Callebaut puise à fonds dans sa maîtrise pluridisciplinaire. Aussi, les projets de l'architecte ne se cantonnent uniquement pas à imaginer des bâtiments ou de simples immeubles. Le projet Lilypad illustre totalement l'imagination débordante de Callebaut. Petite ville flottante s'apparentant à des îlots artificiels, ce concept est imaginé pour répondre aux besoins d'éventuels réfugiés bioclimatiques. Écologiques et autosuffisantes, ces cités amphibies accueilleraient jusqu'à 50 000 individus. Au centre de cette ville aux allures de nénuphar géant, un lagon central serait alimenté par de l'eau douce issue du traitement de la pluie. Les espaces de verdure et les aires réservés pour les habitants sont quant à eux aménagés sur les bâtiments situés sur la circonférence de la cité. Cette vision futuriste n'est cependant qu'un préambule des nombreux projets de Vincent Callebaut. Pour New York, l'architecte a ainsi imaginé Dragonfly, une ferme verticale apposée directement sur l'eau à la pointe de Roosevelt Island. À Genève, le projet Landscript présente un paysage composé de montagnes organiques couvrant une surface de 4,5 millions de mètres carrés. Paris a également eu droit à son concept : Antismog est une tour écologique installée au-dessus du pont de la Villette.