NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





​Netflix, les comptes partagés ne sont pas tant répandus





Une enquête de Ampere Analysis mise en avant par un blog de Zdnet montre que le partage des comptes Netflix n’est pas aussi répandu que ce que l’on aurait pu croire. La France est cependant le pays où cette pratique est la plus répandue avec 12% d’utilisation partagée.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Beaucoup d’observateurs de Netflix estimaient que la faiblesse du service était l’utilisation multiple. Avec deux visions en simultanée, les consommateurs seraient ainsi tenté de partager la facture pour avoir accès au même compte sans devoir payer le prix complet. Outre le fait que deux visions en même temps est la garantie qu’il n’y peut pas avoir d’énormes abus, une enquête de Amperer Analysis montre que ce n’est pas une pratique répandue. « En effet, alors que beaucoup pensent que la colocation de compte Netflix est une pratique très répandue, on constate que moins d’un foyer sur 10 utilise le partage de comptes. Sur les 7 pays présentés, il y en a néanmoins un qui se détache : la France » résume un blog hébergé par Zddnet qui a déniché les chiffres en premier.
 
Point marquant, la France qui est le marché sur lequel Netflix a le plus de peine à pénétrer, le pourcentage d’utilisation partagée est le plus important au monde avec 12%. Ainsi le plus faible taux d’utilisation Netflix se fait remarquer par cette pratique. « Pour Ampere Analysis, cela montre qu'il existe une corrélation potentielle entre des marchés ayant une utilisation moins partagée. C'est aux États-Unis, le plus grand marché de Netflix, que le partage est le plus faible (8%). Mais dans des pays où le taux de piratage est réputé élevé, comme le Brésil et l’Espagne, leurs taux de partage sont  inférieurs à 10%.  Mais Netflix n’est pas le seul service à faire l’objet de partage de compte, Amazon Prime aussi, mais dans une moindre mesure puisque la plupart des utilisateurs de Prime se sont abonnés via la plateforme de ecommerce, ce qui rend le partage moins évident » continue le blog spécialisé. Netflix aurait cependant tort de chercher à lutter contre ces usages partagés. D’abord parce qu’ils sont peut-être une pratique qui convainc les utilisateurs les plus récalcitrants. Et ensuite parce qu’il s’agit du meilleur moyen de s’essayer à son utilisation.