NLTO
Not Like The Others
- Magazine d'actualité politique, économique et géopolitique -

​Parler de « Vendredi Noir » est-il raciste ?

Journaliste pour VA Press. En savoir plus sur cet auteur



4 Décembre 2019

Un célèbre journal sportif italien a fait sa Une en parlant de « Black Friday » pour souligner les envies de mercatos de clubs concernant deux joueurs noirs. De quoi susciter de l’émotion dans un contexte de racisme évident dans le football italien. Mais pour mieux combattre les cris de singe en stade, peut-être faut-il rester concentré sur le véritable racisme.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
On se perd dans les façons d’être anti-raciste. Car si pendant longtemps on parlait des marches black blanc beur ou que l’on faisait l’éloge des différences, voilà maintenant que les mettre en avant est soupçonné de racisme. Les militants d’hier sont même parfois vivement critiqués par certains aujourd’hui. C’est dans ce contexte-là, exacerbé par les effets de concentration des réseaux sociaux que le Une du Corriere dello Sport a fait parler d’elle. 
 
Dans un contexte italien où les cris de singes réservés aux joueurs noirs font légitimement scandale, le jeu de mot sur « Black Friday » et le mercato des deux jours Lukaku et Smalling a choqué. «  Et parfois, le racisme émane même de là où il devrait être dénoncé. Pour l’édition de ce jeudi 5 décembre 2019, le journal sportif italien Corriere dello Sport a fait paraître une première page de très mauvais goût avec un jeu de mots plus que douteux. Sur celle-ci, les bonnes affaires du mercato estival de l’Inter Milan et de l’AS Rome, Lukaku et Smalling, tous deux fraîchement arrivés de Manchester United cet été, sont associés au titre “Black Friday”. Pas besoin de traduction... » commente Le Huffington Post
 
Les réactions sont maladroites. Car si effectivement Romalu Lukaku a été de façon scandaleuse victime de cris de singe, le scandale est comme réduit en le mettant au même niveau que cette Une, au pire maladroite. Les journalistes du quotidien sportif se sont d’ailleurs défendus en parlant d’ « éloge de la différence » et d’un « titre innocent ». Pour bien lutter contre ce qui est choquant, restons concentrés sur ce qui l’est. Faire remarquer de deux jours qu’ils sont noirs de peau, ne l’est pas franchement.