NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





Afrique du Sud : de plus en plus de violence xénophobe




27 Septembre 2019

La police sud-africaine devrait prendre des mesures rapides pour mettre fin aux attaques xénophobes dirigées contre des ressortissants étrangers africains.


Source  Pixabay, image libre de droits
Source Pixabay, image libre de droits
Dans un communiqué, l'ONG "Human Rights Watch" explique qu' au moins douze personnes ont été tuées, des milliers de personnes déplacées et des entreprises pillées sans raison lors des violences qui ont commencé fin août 2019. Les auteurs des précédentes vagues de violences xénophobes en Afrique du Sud, y compris les violences de 2008 qui ont coûté la vie à 62 étrangers et les attentats contre les chauffeurs routiers étrangers plus tôt cette année, ont rarement donné lieu à des sanctions pour les crimes commis. «Cette violence xénophobe pernicieuse est alimentée par des lacunes considérables dans le maintien de l'ordre pour protéger les ressortissants étrangers et leurs biens», a déclaré Dewa Mavhinga, directrice de Human Rights Watch pour l'Afrique australe. «Il ne suffit pas de condamner la violence xénophobe, il faut que la police enquête, arrête et traduise en justice les agresseurs.»

Le ministre de la Police, Bheki Cele, a déclaré aux médias qu'au cours des dernières semaines, la police avait arrêté plus de 600 personnes sous diverses accusations liées à la violence publique et au pillage, à la destruction malveillante de biens et à des agressions graves. Human Rights Watch craint que, comme lors des précédentes vagues de violence xénophobe, les poursuites judiciaires échouent si les enquêtes de police ne sont pas approfondies.

Le 3 septembre, le président Cyril Ramaphosa a publié sur Twitter un message vidéo dans lequel il condamnait les violences avec la plus grande fermeté et appelait à leur cessation immédiate mais sans aucun effet sur une situation presqu'insurectionnelle.

Human Rights Watch a documenté les violences sporadiques dirigées depuis la fin du mois d'août vers des ressortissants étrangers africains et leurs entreprises dans les régions de Durban, Pretoria et Johannesburg, ainsi que dans les régions environnantes de Germiston, Thokoza, Katlehong, Alberton, Jeppestown, Hillbrow, Alexandra et Malvern.

Dans la plupart des quartiers de Johannesburg, la violence et les pillages, principalement dans les magasins appartenant à des étrangers, ont commencé le 1er septembre. Des groupes ont défilé et ont appelé les étrangers à quitter les lieux. Des témoins ont raconté à Human Rights Watch que la foule, armée d'armes diverses, notamment de machettes et de bâtons, avait scandé, «les étrangers rentrent», utilisant le terme péjoratif Makwerekwere pour désigner les étrangers.

La ministre de la Défense, Nosiviwe Mapisa-Nqakula, a déclaré que 10 des 12 personnes tuées dans les violences étaient des Sud-Africains. Elle n'a pas fourni leurs identités ou des détails spécifiques sur les circonstances dans lesquelles ils sont décédés. Human Rights Watch n'a pas été en mesure de vérifier de manière indépendante ces décès ou les circonstances dans lesquelles ils sont intervenus.