NLTO
/ Magazine d'actualité politique, économique et internationale /



Amazon suspend pendant la fourniture à la police des États-Unis le service de reconnaissance faciale

Journaliste pour VA Press. En savoir plus sur cet auteur



11 Juin 2020

Surfant sur la vague des manifestations contre les violences policières qui se multiplient aux Etats-Unis, Amazon annonce qu’elle ne fournira plus pendant un an son logiciel de reconnaissance faciale Rekognition. Une décision dont la franchise peut légitimement être questionnée.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
C’est ce qu’on appelle un coup de communication. « Amazon a annoncé, mercredi 10 juin, interdire pendant un an à la police d’utiliser son logiciel de reconnaissance faciale Rekognition, dans un contexte de manifestations contre les violences policières et le racisme aux Etats-Unis depuis deux semaines » rapporte Le Monde . Dans son communiqué, Amazon parle même d’éthique : « Nous prônons des régulations plus strictes des gouvernements sur le recours éthique aux technologies de reconnaissance faciale, et le Congrès semble prêt à relever le défi. »

L’annonce est amusante dans la mesure où elle fait suite à celle d’IBM mais que Amazon n’a pas osé aller aussi loin. Quand IBM s’engage à ne plus être actif dans le secteur de la reconnaissance faciale pour des raisons éthiques et de surveillance de masse, Amazon de son côté part sur un retrait d’un an. « Des organisations, comme la puissante American Civil Liberties Union (ACLU), appellent depuis deux ans Amazon à cesser de fournir sa technologie de reconnaissance faciale aux forces de l’ordre. La pression est montée d’un cran mardi, quand des associations de lutte contre les inégalités raciales ont exhorté Amazon à cesser toute collaboration technologique avec la police américaine. Dans leur pétition mise en ligne, elles accusent le groupe de Seattle (Etat de Washington) « d’alimenter et de profiter de l’injustice systématique, des inégalités et des violences contre les communautés noires » » contextualise Le Monde.

La pression médiatique était telle que la compagnie de Jeff Bezos ne pouvait se permettre de ne pas réagir. Au risque d’être assimilé à la police. Mais le business de la reconnaissance faciale a besoin de clients et le retrait total n’aurait pas été un bon coup pour les affaires. Amazon veut ménager la chèvre et le chou, et on a du mal à être dupe.