NLTO
/ Magazine d'actualité politique, économique et internationale /



Ci-gît, la démocratie de Hong Kong

Journaliste pour VA Press. En savoir plus sur cet auteur



1 Juillet 2020

L’Assemblée nationale populaire de Chine a voté une loi de sécurité nationale qui met un terme aux principales particularités de Hong Kong dans le domaine de la liberté et de la démocratie.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Ils voulaient plus de démocratie et d’autonomie, ils ont eu l’exact inverse. Mardi 30 juin Pékin a promulgué une loi de sécurité nationale qui rétrécie le champs d’action de Hong Kong. « Alors que Hongkong marque, ce 1er juillet, les vingt-trois ans de sa rétrocession à la Chine, ce texte va limiter considérablement, voire annihiler, les libertés civiles et politiques de n’importe quel citoyen en désaccord avec le système chinois ou avec le gouvernement. « Fondamentalement, Pékin va pouvoir arrêter n’importe qui, pour n’importe quel crime, puisque c’est Pékin qui a le pouvoir d’affirmer ce que vous avez fait de mal et en quoi c’est mal », affirme un grand juriste qui, comme la plupart des gens contactés mercredi matin, n’a accepté de parler qu’à la condition explicite de ne pas être cité, une nouveauté dans cette ville. Il affirme avoir conseillé à tous ses amis de ne pas accepter la moindre interview, car « même parler et donner son avis est désormais dangereux »raconte la correspondante locale du « Monde » dans un article à ce sujet.

Désormais Hong Kong est une partie de la Chine quasiment comme une autre. « Jusqu’au 30 juin 2020, Hongkong fondait son exception au sein de l’ensemble chinois sur un Etat de droit solide et crédible, hérité du système britannique de la common law (le droit coutumier), et respecté par le reste du monde. En plaçant sa loi au-dessus de celle de Hongkong, Pékin s’attaque au cœur même de cette spécificité. Et bien que les milieux d’affaires font pour le moment mine de regarder ailleurs, se persuadant que tout ira bien – la Bourse a fermé en hausse mardi –, la fragilisation du cadre juridique de Hongkong risque tôt ou tard de porter atteinte au centre financier international » ajoute le quotidien. Considérée jusqu’ici comme la plaque tournante internationale entre la Chine et le reste du monde surtout du point de vue financier.