NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





Collision évitée dans l’espace : aperçu des conséquences de l’arrivée des sociétés privées




10 Septembre 2019

L’Agence spatiale européenne (ESA) vient d’annoncer qu’une manœuvre exceptionnelle d’évitement de collision avait été entreprise. Le choc avec un satellite de la compagnie privée Space X a été facilement évité mais montre que l’assaut des compagnies privées va très largement changer la donne.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
On est loin d’une scène de film catastrophe. Les deux satellites ne se sont pas effleurés en faisant des étincelles. Mais tout de même, l’épisode est loin d’être anecdotique. « L'Agence spatiale européenne (ESA) et la firme privée SpaceX ont réussi à éviter une petite catastrophe, lundi 2 septembre. Un satellite de l'entreprise fondée par Elon Musk a failli entrer en collision avec un satellite de l'ESA, qui a dû réaliser une manœuvre d'évitement. Un fait rarissime entre deux engins en activité » nous apprend Clubic .
 
Car si l’épisode est intéressant c’est parce que du côté de Space X, l’appareil qui avait été identifié comme représentant un risque pour le satellite européen  Aeolus ( engin de mesure des vents)  est un des soixante qui a été envoyé en mai dernier. Or, dans sa stratégie de conquête de l’espace, Space X n’en est qu’à ses débuts. Environ douze mille mini satellites doivent être envoyés dans les prochaines années. Quand l’on voit qu’une poignée a déjà posé question, on ne peut que craindre les conséquences de cet afflux d’appareils en orbite. 

« Selon Holger Krag, qui dirige le Space Debris Office au sein de l'ESA, la chance de collision entre les deux satellites s'élevait à 1 pour 1 000 - ce qui est dix fois supérieur au seuil minimum nécessitant d'effectuer une manœuvre d'évitement à l'échelle spatiale. L'armée américaine, qui surveille la circulation dans l'espace, a ainsi prévenu les deux entités, et selon Forbes, SpaceX aurait refusé de déplacer son satellite » précise d’ailleurs Clubic. Une situation qui encourage à envisager des règles plus strictes dans l’espace. Jusqu’ici, expliquent les responsables de l’agence européenne, les règles élémentaires de courtoisie étaient en vigueur. Mais avec des intérêts économiques monumentaux, il serait peut-être temps de constituer un code de l’espace.