NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

Confinement : aux Philippines les contrevenants seront abattus




2 Avril 2020

Près de 4 milliards de personnes dans le monde, dans quasiment 180 pays autour du globe, sont priées de rester chez elles afin d’éviter de répandre et contracter le coronavirus Covid-19. Les Philippines, toutefois, semblent avoir pris la mesure la plus drastique.


Rodrigo Duterte frappe à nouveau

Pixabay/OrnaW
Pixabay/OrnaW
S’il y a des rumeurs, non totalement confirmées, que la Corée du Nord a abattu des personnes contaminées n’ayant pas respecté le confinement, cela peut ne pas paraître étonnant du régime de Kim Jong-Un. Un autre pays pourrait toutefois faire de même : les Philippines.

Dirigées d’une main de fer et militaire par Rodrigo Duterte, les Philippines sont à la limite de la dictature. Le Président est déjà à l’origine d’une guerre sanglante contre la drogue et les cartels qui aurait coûté la vie à près de 5.000 personnes, abattues par la police. Cette force armée va maintenant s’occuper de faire respecter le confinement… avec probablement les mêmes conséquences sur la vie des populations locales.

Mercredi 1er avril 2020 dans la soirée, Rodrigo Duterte a déclaré tout simplement que « Cela empire. Alors une nouvelle fois, je vous fais part de la gravité du problème et vous devez écouter. Mes ordres à la police et à l’armée […] S’il y a des troubles et qu’il y a une possibilité qu’ils ripostent, avec un risque pour vos vies, tuez-les par balle ».

Un confinement militaire

L’ordre est donc donné, bien qu’il soit soumis à un risque pour les forces de l’ordre : les contrevenants seront abattus. De quoi faire craindre des centaines de morts durant la période difficile dans laquelle entrent les Philippines.

Le pays est en effet relativement épargné par le Covid-19 avec à peine plus de 2.000 cas et seulement 96 décès. Mais le pays est également pauvre, avec un système de santé fragile et qui risque très rapidement d’être submergé en cas de propagation rapide du virus. Une hypothèse crédible au vu de l’évolution de la pandémie dans les autres pays du monde.