NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

Confinement : pas de départs en vacances pour Pâques




1 Avril 2020

Alors que les établissements scolaires sont tous fermés et que les Français sont en confinement, les vacances scolaires, elles, sont toujours d’actualité. Du moins, dans la tête de certains Français. Le gouvernement a donc mis les points sur les « i ».


Pas de départs en vacances durant le confinement

Cela pouvait paraître logique pour une certaine partie de la population, mais le gouvernement a estimé nécessaire de le préciser : Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a rappelé aux Français sur LCI ce 1er avril 2020 que « très concrètement, on ne part pas en vacances pendant la période de confinement ». Une précision semble-t-il nécessaire alors que la zone C des vacances scolaires entame sa période de congés vendredi 3 avril 2020.

Le premier flic de France a également précisé qu’afin que cet ordre soit respecté, ce qui l’inquiète est surtout le fait que l’Île-de-France fasse partie de cette zone C, de nombreux contrôles seront mis en place sur les grands axes. « Tout abus sera sanctionné », a-t-il déclaré, en précisant avoir demandé aux préfets de surveiller les locations saisonnières dans les zones touristiques.

359.000 procès-verbaux pour non-respect des règles de confinement

Christophe Castaner a également donné les derniers chiffres des contrôles menés partout en France pour faire respecter les règles de confinement et notamment l’obligation d’avoir sur soi l’autorisation dérogatoire de sortie. Depuis le 17 mars 2020, date du début du confinement, 3,7 millions de contrôles ont été effectués par les forces de l’ordre qui ont établi 359.000 procès-verbaux.

Cela représente environ 6% de la population qui ne respecte pas le confinement, ce qui, rapporté à la population française, signifie près de 4 millions de personnes qui ne le respectent pas. Pour rappel, l’amende en cas de non-respect des règles de confinement est de 135 euros et peut atteindre 3.700 euros et 6 mois de prison dans le cas d’une triple récidive sous 30 jour.