NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

Covid-19 : d'ici la fin du confinement, une personne sur vingt aura été contaminée en France

Journaliste pour VA Press. En savoir plus sur cet auteur



21 Avril 2020

Une étude de l’institut pasteur, santé publique et l’Inserm estime que le 11 mai environ 5,7 millions de personnes auront été en contact avec le Covid-19 en France. Soit une proportion très éloignée de ce qu’il faudrait pour atteindre une immunité collective.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
La première leçon de cette étude est que le confinement a fonctionné. Alors qu’avant cette mesure drastique une personne infectée en contaminait 3,3 en moyenne, on est passé à 0,5%, soit une diminution de 84%. L’étude publiée par l’Institut Pasteur, Santé publique et l’Inserm est la première qui fait un bilan de la situation en France. « Le 11 mai, lorsque le confinement commencera à être progressivement levé en France métropolitaine, 3,7 millions d’habitants, soit 5,7 % de la population aura déjà été en contact avec le SARS-CoV-2. Une prévalence de l’infection très loin des 70 % qui seraient nécessaires pour obtenir une protection collective par la seule immunité de groupe. Voilà ce que révèle la première « photographie » de l’épidémie réalisée par des chercheurs de l’Institut Pasteur, de Santé publique France et de l’Inserm » rapporte Le Monde .

Les chiffres généraux sont à pondérer avec les grandes différences que l’on enregistre selon les régions. « En Ile-de-France ou dans le Grand-Est, les régions les plus touchées, les épidémiologistes estiment le taux d’immunisation à 12 % en moyenne, mais elle chute à moins de 2 % en Nouvelle-Aquitaine, en Bretagne ou en Pays-de-Loire. Elle oscille entre 5 et 6 % dans les régions où le SARS-CoV-2 a davantage circulé comme les Hauts-de-France, la Bourgogne-France-Comté ou encore la Corse » lit-on plus loin. Sachant que ces estimations sont publiées avec la précision qu’il existe une marge d’erreur importante. 

En utilisant ces données, plus celles du bateau Diamond Princess, les chercheurs ont cherché à préciser le taux de létalité du virus. « Ces informations, qu’ils ont croisées et corrigées pour tenir compte notamment de la structure d’âge, leur a permis de déterminer le taux de létalité du Covid-19 : 0,53 %, soit un chiffre proche des 0,5 à 0,7 % avancé dans d’autres études à partir des données chinoises. (…) Ces estimations varient cependant beaucoup selon l’âge et le sexe : le taux de létalité n’est que de 0,001 % chez les moins de 20 ans, mais s’élève à 8,3 % chez les plus de 80 ans. Quel que soit l’âge, les hommes présentent un risque supérieur à celui des femmes d’hospitalisation pour le Covid-19, de passage en réanimation et de décès. »

Concernant hospitalisation et décès, les chercheurs ont donné quelques chiffres. 2,6% des personnes infectées nécessitent une prise en charge à l’hôpital. Parmi ces derniers, 18,2% sont envoyés en service de réanimation après un délai moyen d’un jour et demi. Ces proportions moyennes augmentent toute fortement avec l’âge, sachant qu’au-delà de 70 ans les transferts en réanimation baissent puisque les chances de guérison sont faibles.