NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





Dans l’espace le sang circule… à l’envers




21 Novembre 2019

Les recherches sur les effets à long terme de l’absence de gravité durant les voyages dans l’espace ont permis de faire une nouvelle découverte étonnante : il y aurait un effet sur la circulation du sang. Un nouveau paramètre à prendre en compte si, dans le futur, des missions de longue durée sont prévues, comme la première mission habitée à destination de la planète Mars.


L’espace influence le flux sanguin

pixabay/skeeze
pixabay/skeeze
Fragilisation des os, risques de maladies cardiovasculaires : la santé des astronautes est étudiée avec intérêt par les scientifiques qui cherchent à comprendre les effets positifs et néfastes du voyage spatial. Leur dernière découverte, publiée sur la revue scientifique JAMA Network Open mercredi 13 novembre 2019 les a toutefois laissés pantois : l’absence de gravité influence le flux sanguin.

Onze astronautes en bonne santé ayant passé plus de six mois sur la station spatiale internationale (ISS) ont passé une batterie de tests menée par la société KBR. Les chercheurs ont identifié un étrange phénomène : dans la veine jugulaire gauche, celle qui emmène le sang (donc l’oxygène et les nutriments) au cerveau, le flux sanguin est parfois stagnant, parfois inversé. Une situation qui, sur Terre, serait une importante source d’inquiétudes.

Deux caillots découverts chez les astronautes, une première

Lors de leurs examens, les chercheurs ont découvert également un caillot de sang et un caillot partiel dans l’organisme de deux des onze astronautes. Un simple traitement à base d’anticoagulants leur a permis de guérir, mais cette découverte, une première, soulève des questions : ces caillots pourraient provoquer une embolie pulmonaire s’ils se déplaçaient vers les poumons. Heureusement pour les astronautes, c’est la première fois qu’une telle découverte est faite.

Reste que cette inversion et cette stase du flux sanguin pourraient poser des problèmes pour les voyages de longue durée dans l’espace. Si la découverte ne met pas en péril les missions à venir sur l’ISS, les résultats s’ajoutent à la masse de paramètres que les missions spatiales doivent gérer, notamment en matière de préparation des astronautes et de soins durant et après les missions.