NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Des trackers pour ne plus perdre ses affaires





Le designer français Philippe Starck s’associe avec la start-up Wistiki. Il a dessiné leur nouvelle ligne de « trackers », des objets connectés pour ne plus perdre ses affaires de tous les jours, clés, lunettes...


Quel est le point commun entre des lunettes, un portable, des clés ou même un doudou ? Ce sont des objets que l’on perd souvent. Et dont la recherche crispe et rend neuneu. Pour y remédier, la start-up française Wistiki s’est associée avec le designer Philippe Starck pour qu’il dessine leur nouvelle ligne de trackers appelée Found You. Les trackers sont ces dispositifs reliés à une application mobile, qui traquent et retrouvent des objets perdus. La start-up est spécialisée dans la conception d’applications de ce genre.

Aujourd’hui, en collaboration avec le designer et architecte Philippe Stark, qui a dessiné les objets, elle a présenté quatre nouveaux produits connectés, sous l’appellation générique Found You, « je t’ai trouvé » ! Ils s’appellent « voilà », « hopla », « ta-da » ou « aha » : « voilà » s’accroche à un objet comme un porte-clé par exemple, et sert de balise en cas de perte ; « hopla » est un module que l’on peut glisser dans un portefeuille ; « aha » est une médaille qui l’on accroche au cou de Médor si tenté est que l’on perde Médor. Quant à « ta-da », c’est un doudou « brillant dans le noir » cite Le Figaro.
 
Wistiki est une start-up française fondée par trois frères, les Lussato. Elle est installée à San Francisco, temple des nouvelles technologies. Mais les accessoires qu’elle crée, sont 100% made in France. Leurs composants sont faits dans des matériaux d’excellence, or, métal brossé, surlyn… À travers ces objets, l’idée est aussi de reverser 25% des profits à des associations caritatives. Le concept est à la fois bien pensé, altruiste et utile. De quoi en finir avec les objets du quotidien qui disparaissent,The end of the lost, selon les concepteurs du projet. Mais en ces temps difficiles, ces petits tracas restent somme toute de tous petits tracas.