NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //











France : le niveau de vie dépend largement de son milieu d’origine





Une étude de France Stratégie montre que l’origine sociale est le facteur le plus influent sur le niveau de vie d’une personne. Ainsi, plus de la moitié des 1% des plus riches sont fils de cadres quand plus de la moitié des plus modestes son fils d’ouvrier.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Il y a des exceptions et on en entend beaucoup parler. Mais ces quelques « success story » masquent mal la réalité de l’ascenseur social français. D’après une étude de France Stratégie il faut en moyenne 180 ans pour qu’un descendant d’une famille pauvre atteigne le revenu moyen. « C'est l'un des paradoxes de l'Hexagone : alors que la France peut se prévaloir d'être l'un des pays où les inégalités de revenus sont les moins prononcées grâce à son système de redistribution, elle fait figure de mauvais élève pour ce qui est de l'égalité des chances. L'étude que publie ce vendredi France Stratégie vient donner corps à ce diagnostic d'un ascenseur social en panne. Et répond sans surprise par la négative à la question qu'elle pose en préambule de sa note : « Nés sous la même étoile? » » rapporte Le Figaro.

Les chiffres sont en effet impressionnant alors que l’égalité des chances est sur toutes les lèvres. « Parmi les 10% d'individus les plus modestes, plus de la moitié sont enfants d'ouvrier, contre seulement 10% d'enfants de cadre supérieur. À l'opposé de l'échelle des revenus, le constat est à l'avenant. On trouve cette fois moins d'un enfant d'ouvrier sur cinq dans les 10% des Français les plus riches, et les enfants de cadre représentent même plus de la moitié des 1% les plus aisés » lit-on plus loin.
 
Et l’école dans tout ça ? Il semble bien qu’elle fasse partie du problème. C’est en effet le diplôme qui joue pour beaucoup. Or l’accès à celui-ci est très largement dépendant de la classe sociale des parents. «  La publication de cette étude intervient alors que le gouvernement a annoncé mercredi dernier le report de son plan pauvreté. Un délai dont l'exécutif profitera peut-être pour porter un œil attentif à cette note, venue illustrer par les chiffres «l'assignation à résidence» que ce plan entend enrayer » conclue Le Figaro.