NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





General Motors : la grève coûte 100 millions de dollars par jour à l’entreprise




8 Octobre 2019

Depuis le 16 septembre dernier, près de 50.000 salariés du constructeur sont en grève.


Quatrième semaine de grève

La production du groupe est à l’arrêt aux États-Unis et a des répercussions jusqu’au Canada.
La production du groupe est à l’arrêt aux États-Unis et a des répercussions jusqu’au Canada.
C’est un bras de fer qui n’en finit plus. Depuis le 16 septembre, 50.000 salariés de General Motors sont en grève à l’appel de l’UAW, le principal syndicat américain du secteur automobile. Les grévistes réclament de meilleurs salaires et des avantages sociaux.

Le groupe connaît actuellement l’une des plus longues grèves de son histoire, le plus important mouvement depuis 2007. La facture s’annonce salée, puisque le manque à gagner serait de plus de 100 millions de dollars par jour pour le constructeur, selon plusieurs experts.

Des négociations qui « tournent mal »

Les négociations avec la direction « sont en train de mal tourner », a indiqué le syndicat. Pourtant, on pensait que la situation allait se décanter, lorsque vendredi 4 octobre, la direction a annoncé maintenir la couverture santé des salariés pendant toute la période de grève. Mais le General Motors est revenu « à sa proposition antérieure déjà rejetée par les syndicats », dimanche 6 octobre, déplore l’UAW.

Depuis quatre semaines, la production des usines est à l’arrêt aux États-Unis, ce qui affecte également des usines canadiennes. General Motors a donc dû mettre au chômage technique une partie des salariés de sa filiale canadienne. Le constructeur affirme, de son côté, avoir offert plus de 7 milliards de dollars de nouveaux investissements aux États-Unis, ainsi que d'avoir proposé de créer 5.400 emplois supplémentaires et d'augmenter les salaires.