NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





L’Europe impose le changement de nom des carburants à la pompe





Une directive européenne impose à partir de mi octobre une évolution du nom des carburants dans les stations essence. Désormais des lettres vont indiquer les carburants dans les vingt-huit pays européens plus sept autres pays.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
A croire que ce sont sur les aspects les moins cruciaux que l’Union européenne parvient à obtenir des évolutions synchronisées. Les vingt-huit pays de l’Union européenne et huit autres pays à proximité (l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Macédoine, la Serbie, la Suisse et la Turquie) vont changer les noms des carburants à la pompe. « A partir du 12 octobre prochain, la signalétique va connaître une révolution dans les stations-service européennes. Née d'une directive européenne adoptée en octobre 2014, cette mesure doit permettre d'harmoniser les étiquetages des carburants à l'échelle communautaire pour faciliter les déplacements au sein de l'Union » expliquent Les Echos. Une évolution symbolique qui prête à sourire quand elle est défendue comme un principe d’uniformisation à l’heure où les tensions n’ont jamais été aussi fortes au sein de de l’Union européenne.

Une étiquette ronde avec la lettre E pour l’essence et une lettre B avec une étiquette carrée pour le diesel. « Au sein des deux grandes familles, un chiffre indiquera le taux de biocarburant. Ainsi, le « Sans-plomb 95-E10 », qui contient 10 % de bioéthanol, deviendra simplement « E10 ». Les « Sans-plomb » 95 et 98 seront regroupés sous l'étiquette « E5 » (5 % de bioéthanol). Le Superéthanol portera le « E85 ». Côté diesel, le « B7 » concernera le gazole disponible actuellement. Il sera rejoint par le « B10 » (10 % de biodiesel). La nouvelle signalétique prévoit également d'intégrer le « XTL », pour les futurs carburants diesels synthétiques » détaille le quotidien. Les gaz seront quant à eux indiqués par des losanges, indiquent les instances commission européennes.

La directive européenne est une petite révolution dans un verre d’eau. Les constructeurs vont en effet devoir utiliser ces codes couleurs et graphiques pour les véhicules fabriqués à partir de mi-octobre. Les stations essences françaises de leur côté, ajoutent Les Echos, devraient appliquer petit à petit cette décision.