NLTO
/ Magazine d'actualité politique, économique et internationale /



L’Union européenne trouve un accord sur les « corona bonds »




21 Juillet 2020

Les discussions ont été compliquées et à plusieurs reprises le risque qu’un accord ne soit pas trouvé a été réel ; mais, finalement, l’Union européenne a joué son rôle. Mardi 21 juillet 2020 très tôt, un accord a été signé pour le plan de soutien européen face à la crise économique liée à la Covid-19.


750 milliards d’aides, comme prévu

Pixabay/MAbelAmber
Pixabay/MAbelAmber
Le conflit opposait les tenants des « corona bonds », proposés initialement par l’Italie et l’Espagne et que se sont appropriés Emmanuel Macron et Angela Merkel, aux pays qui ne voulaient pas de ce principe qui consiste en une dette commune. Finalement, ces pays dits « frugaux », soit essentiellement l’Autriche, les Pays-Bas, le Danemark et la Suède, se sont pliés à la volonté de l’axe franco-allemand.

Ces « corona bonds » seront toutefois moins importants que prévu : dans la première version du plan de soutien, ils devaient être d’un montant de 500 milliards d’euros. Au final, le 21 juillet 2020, la version de l’accord prévoit 390 milliards d’euros de dette partagée et 360 milliards d’euros de dette que les pays bénéficiaires devront rembourser par eux-mêmes. Au total, ce sont donc bien 750 milliards d'euros d'aides qui seront mobilisés, conformément au plan annoncé.

Un accord historique en échange d’une ristourne

L’accord est historique à plus d’un titre, mais surtout parce qu’il s’agira, pour la première fois dans l’histoire de l’Union européenne, d’avoir une dette qui sera partagée entre tous les pays. Un pas de plus vers une Europe fédérale, ce qui pourrait causer quelques tensions au niveau des divers pays-membres.

Toutefois, afin de trouver un terrain d’entente, l’Union européenne a dû céder sur un point bien précis : la contribution au budget de l’UE. Les pays les plus réticents aux « corona bonds », Pays-Bas en tête, verront leur contribution baisser. Les Pays-Bas paieront ainsi 1,9 milliard d’euros par an de moins, l’Autriche 565 millions d’euros.