NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







L'expatriation : des motifs financiers mais pas seulement





La Banque HSBC publiait en octobre dernier, le rapport de sa cinquième étude sur les pays qui attirent le plus les expatriés. Cette étude, intitulée "Expat Explorer", révèle que l'Asie est de plus en plus plébiscitée, plus encore que l'Arabie saoudite, qui présentait pourtant dans l'étude précédente, de meilleures perspectives économiques. Le vieux continent reste attractif, mais surtout pour les retraités.


Photo: Free Digital
Photo: Free Digital

Les expatriés aiment l'Asie

Les résultats de l'étude de la Banque HSBC montrent que les expatriés sont de plus en plus attirés par les pays d'Asie, notamment ceux du sud-est. En effet, cinq pays d'Asie figurent dans le top 10 du classement d'HSBC sur un total de 30 pays. La banque anglaise explique cet engouement par l'attrait financier grandissant des pays émergents, et les opportunités d'affaires qu'ils présentent. Mais si l'aspect financier compte beaucoup dans le choix des expatriés, les conditions et la qualité de vie sont des éléments importants. C'est d'ailleurs des arguments qui reviennent souvent lorsque les expatriés parlent des pays d'Asie. La qualité de vie y serait meilleure, et vu le dynamisme économique de ces pays au cours de ces dernières années, il est normal qu'ils gagnent en attrait. Aussi, la plupart des expatriés qui y vivent gagnent majoritairement mieux leur vie que dans leur pays d’origine, et aucun d’entre eux n’envisage de rentrer, malgré la crise mondiale qui a affecté leur mode de vie. Une crise que les expatriés ressentent dans la plupart des pays, et dont ils disent globalement qu’elle a dégradé, et leur finance, et leur qualité de vie. Mais pas suffisamment pour les inciter à quitter leur pays d’expatriation. Les motivations des expatriés ne sont donc pas seulement financières, même s’il est vrai que les pays qui les attirent le plus sont ceux qui offrent de meilleures opportunités de revenus.

Entre opportunité économique et qualité de vie

Le pays où les expatriés sont les plus heureux est Singapour. Pour le côté financier d'abord, car la majorité des expatriés interrogés affirment avoir de meilleurs revenus et un meilleur pouvoir d'achat. Pas moins de la moitié d'entre eux auraient un salaire supérieur à 200.000 dollars par an, ce qui leur permettrait d’accéder à des biens de consommation de luxe, et à un train de vie qu’ils ne pourraient pas avoir ailleurs, et encore moins dans leur pays d’origine. Un train de vie, qui apporte évidemment une certaine qualité d’existence, que la majorité des expatriés recherche. La capacité à avoir de meilleurs revenus reste donc le principal critère des expatriés dans le choix du pays de destination. Toujours pour le côté financier donc, les expatriés sont fortement attirés par les Bermudes, qui occupent la seconde place du podium, suivis de près par la Thaïlande et Hong Kong. La Chine quant à elle se retrouve à la septième place, et le Vietnam à la dixième place. Une montée en force des pays asiatiques qui ne s’explique pas seulement par une formidable croissance économique et une bonne qualité de vie, mais aussi par le malaise de la zone euro. En effet, la crise est particulièrement intense sur le vieux continent. Par conséquent, les travailleurs européens sont de plus en plus nombreux à se porter candidats à l’expatriation.

L’Europe fait fuir les jeunes, mais attire les retraités

L'étude d'HSBC souligne le mécontentement des expatriés venus s'installer sur le vieux continent. En France par exemple, ces derniers ne sont pas moins de 48 % à ne pas être satisfaits de la situation économique du pays. Leur condition financière ne serait d'ailleurs pas meilleure que dans leur pays d'origine, et 33 % des expatriés interrogés déclarent même que leur situation est plus difficile en France, qu'elle ne l'était dans leur pays. Un coup dur pour la France, mais aussi pour la plupart des pays européens, boudés par les expatriés. Du moins, par les jeunes en quête de meilleurs revenus, car en matière de qualité de vie, les états européens restent largement appréciés, notamment la France, qui se classe, dans l'étude d'HSBC, en treizième position sur ce critère. Le vieux continent peine donc à attirer les jeunes expatriés, mais ceux qui y sont déjà installés n'ont pas le désir de partir, car la qualité de vie leur convient. Une qualité de vie qui attire d’ailleurs, beaucoup de retraités. Ces derniers, disposant déjà d’une sécurité financière, affluent des quatre coins du monde, et pas uniquement pour finir leur vie en Europe, mais aussi pour investir. En effet, la situation de crise leur offre de formidables opportunités dans l’immobilier. Beaucoup d’entre eux investissent ainsi dans la pierre, pour y habiter, ou pour louer. Par conséquent, les expatriés retraités qui s’installent en France, ou dans un autre pays du vieux continent peuvent profiter, et d’une meilleure qualité de vie, et d’une meilleure situation financière s’ils investissent pour louer. Mais les impôts pourraient bien démotiver les retraités.

La réforme fiscale aura probablement un effet sur l’attrait de la France

François Hollande l’avait annoncé durant sa campagne présidentielle, et la nouvelle réforme fiscale va rapidement peser sur les hauts revenus. Bon nombre de retraités expatriés risquent donc d’en souffrir, surtout s’ils investissent dans des biens immobiliers. Des mesures ont déjà été prises pour élargir la tranche des foyers imposables à l’ISF, et l’aboutissement de la nouvelle réforme pourrait donner lieu à des taux d’imposition très élevés. Une contribution à l’effort nationale, qui pourrait bien ne pas être appréciée par des retraités expatriés, venus chercher qualité de vie et stabilité financière. Si leur objectif n’est pas forcément de gagner plus, il n’est certainement pas de gagner moins, à cause d’impôts trop élevés. Un bémol pour la France, mais selon HSBC, les effets de la nouvelle réforme n’impacteront que faiblement l’attrait des expatriés retraités, pour le pays. La Grande-Bretagne, qui se frottait déjà les mains à l’idée de voir son nombre d’expatriés augmenter grâce à la réforme fiscale de François Hollande, ne devra donc pas compter sur les désavantages de la France pour séduire les expatriés. La Grande-Bretagne ne manque d’ailleurs pas d’atouts, et n’a rien à envier à la France.