NLTO
/ Magazine d'actualité politique, économique et internationale /



La Corée du Nord suspecte son premier cas de Covid-19




27 Juillet 2020

Depuis le début de la crise sanitaire de la Covid-19, un pays sort du lot : la Corée du Nord. La dictature a régulièrement critiqué les autres pays, notamment sa voisine la Corée du Sud durement touchée par un méga-cluster de contamination, et toujours clamé n’avoir recensé aucun cas sur son territoire. Mais en juillet 2020, le discours a radicalement changé.


La Corée du Nord se place en état d’urgence maximale

pixabay/gfs_mizuta
pixabay/gfs_mizuta
Alors que Kim Jong-Un et la télévision officielle d’État KCNA ont toujours annoncé que la Corée du Nord était un territoire sans aucun cas de Covid-19, même si les observateurs internationaux estimaient la chose improbable, il se peut que le pays asiatique doivent finalement faire face lui aussi à une urgence sanitaire.

Le 26 juillet 2020, KCNA annonce un premier cas suspecté de Covid-19 sur le territoire, cas qui reste à confirmer. Le pays est donc officiellement en état « d’urgence maximale » et la ville de Kaesong est confinée.

Une contamination en provenance de Corée du Sud ?

Selon la communication officielle de Corée du Nord, la contamination serait liée au retour dans le pays d’un déserteur parti dans le sud « il y a trois ans ». Une information que l’armée sud-coréenne juge possible, accréditant donc la thèse officielle du régime de Kim Jong-Un.

La personne contaminée et toutes celles qui ont été en contact avec elle ont été placées à l’isolement, selon le régime. Mais l’inquiétude des observateurs internationaux est réelle : le pays n’a pas les infrastructures adéquates pour faire face à une pandémie comme celle de la Covid-19 qui a déjà tué 640.000 personnes dans le monde et en a contaminé 16 millions.

La Corée du Nord, où la population est majoritairement pauvre, compte 25,5 millions d’habitants et une pandémie pourrait avoir des conséquences humaines catastrophiques.