NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Le Slip Français à l’étranger





Dans le registre « Made in France », Le Slip Français fait fort : la marque vient de lever deux millions d’euros. De quoi conquérir l’étranger.


Le Slip Français craque t-il son slip ? C’est ce que l’on peut se demander, tant la marque de sous-vêtements 100% Made in France, casse la baraque. Elle vient notamment de lever deux millions d’euros. De quoi s’imposer en dehors des frontières de l’hexagone, notamment en Asie. Après avoir conquis le Haut Marais en y ouvrant une boutique, ce qui est déjà un signe de succès, la marque française s’attaque à l’Orient. L’enseigne vient d’ouvrir une boutique à Hong Kong : « Hong Kong et le Japon sont des territoires sur lesquels nous comptons beaucoup, ainsi que la Corée, Singapour, et Taiwan », explique au Figaro, le fondateur de la marque, Guillaume Gibault.
 
Il y a quatre ans, les premiers sous-vêtements bleus, blancs et rouges, purs produits Made in France commencent à se vendre dans l'hexagone. Et à faire parler d’eux, grâce à des collaborations avec Agnès b et Claudie Pierlot, ou des pointures du secteur comme Princesse Tam Tam. Aujourd’hui, 60 000 pièces se sont écoulées et une petite centaine de points de vente ont ouvert. Par ailleurs, la marque décline des produits autres que les slips et les boxers : écharpes, chaussettes, marinières, sacs, maillots de bain... Mais aussi des pièces pour femmes.
 
L’étape suivante est donc de partir à la conquête de l’étranger. Pour ce faire, Le Slip Français a obtenu deux millions d’euros du fonds d’investissement européen, 360 Capital Partners. Cela intervient dans la foulée d’une campagne de crowfunding menée aux États-Unis. Cette dernière avait permis à la marque d’ouvrir un pop-up store à Los Angeles, soit une boutique éphémère. Avec l’Asie, les États-Unis sont également un marché sur lequel la marque souhaite se concentrer. Elle devrait réussir : Le Slip Français est porté par une communauté de 50 000 fans sur Facebook. C'est sûr, c'est le début d’une success story avec notamment, un chiffre d'affaires de 1,5 million d'euros l’année dernière.