NLTO
/ Magazine d'actualité politique, économique et internationale /



Le confinement prolongé en France




9 Avril 2020

L’Elysée l’a confirmé le 8 avril 2020 : le confinement sera prolongé une deuxième fois en France pour une durée qui n’a pas été communiquée. Ce sera la deuxième fois que la mesure est rallongée alors que la France voit le nombre de cas de Covid-19 augmenter de jour en jour.


L’allocution d’Emmanuel Macron reportée

pixabay/skeeze
pixabay/skeeze
La presse avait relayé la possibilité qu’Emmanuel Macron fasse une nouvelle allocution présidentielle, la 4ème depuis le début de la crise du coronavirus, le jeudi 9 avril 2020. Finalement, elle n’aura pas lieu : l’Elysée confirme une allocution présidentielle mais annonce une autre date : celle du lundi 13 avril 2020, lundi de Pâques, à 20 heures. Emmanuel Macron prendra la parole.

Le Président devrait annoncer un renouvellement de la période de confinement censée durer jusqu’au 15 avril 2020, le service de la communication du Palais de l’Elysée ayant confirmé que le confinement ne serait pas levé à cette date. Toutefois, difficile de dire ce qui sera annoncé ou quelle sera la nouvelle date prévue pour le déconfinement qu’attendent tous les Français et dont on commence à parler.

Trois semaines de confinement de plus ?

La courbe des contaminations, en France, n’a pas entamé son inversion ce qui signifie que le pic épidémique n’est pas encore atteint. Le gouvernement est ainsi contraint de rallonger le confinement. On compte, au 9 avril 2020, 83.000 cas confirmés et près de 11.000 décès en France, un nombre largement sous-évalué puisque seuls les cas graves sont testés.

Le gouvernement se trouve toutefois dans une impasse liée aux dates : s’il rallonge le confinement de deux semaines, établissant le déconfinement à fin avril, il risque de voir une migration massive de Français dès le premier week-end de mai : le 1er mai, férié, tombe un vendredi, ce qui fait un week-end de trois jours. Et il en va de même pour le 8 mai. Le risque que les Français profitent de ces trois jours pour prendre quelques congés et donc se retrouver dans les zones touristiques est trop élevé.

Emmanuel Macron va-t-il courir ce risque ?