NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

Le pétrole dégringole en Bourse à cause du Coronavirus




4 Février 2020

L’épidémie de Coronavirus impacte fortement l’activité chinoise alors que plus de 20.000 cas ont été confirmés et que plus de 400 personnes sont mortes. Le gouvernement chinois a placé des dizaines de millions de personnes à l’isolement et de nombreux magasins et usines sont fermés dans le pays. De quoi inquiéter la Bourse concernant l’impact de cette économie sur la consommation de pétrole mondiale.


Le pétrole perd 20% en un mois

La Chine étant le premier importateur de brut dans le monde, l’annonce de Sinopec, premier raffineur d’Asie, le 3 février 2020 d’une réduction de sa production n’a fait qu’augmenter l’inquiétude des marchés. Le baril de pétrole américain WTI a chuté sous la barre des 50 dollars, du jamais vu depuis décembre 2018, tandis que le Brent a baissé sous les 55 dollars. En un mois, par rapport au pic du 3 janvier 2020, le cours du baril de pétrole aura cédé 20%.

Les marchés estiment que l’épidémie de Coronavirus va fortement réduire la consommation de pétrole de la Chine ce qui, de fait, va créer un surplus d’offre par rapport à la demande. L’Opep, le cartel de l’or noir, s’inquiète également : une baisse du cours du pétrole signifie une baisse pour l’économie des pays producteurs.

L’Opep se réunit, les prix à la pompe chutent

Preuve que l’Opep et ses partenaires ne prennent pas la situation à la légère, une réunion d’urgence a été organisée à Vienne pour les 4 et 5 février 2020, un mois avant la prochaine réunion prévue. Le cartel pourrait décider de baisser sa production journalière pour faire remonter les prix du brut sur les marchés en réduisant l’offre.

Côté carburant, les premiers effets de la chute des cours du pétrole se font sentir à la pompe : selon les données du ministère de la Transition écologique et solidaire du 3 février 2020, tous les carburants en France ont connu des baisses de prix de plus de 1,5 centime le litre.