NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

Les manifestants de Hong Kong se retrouvent sur… Animal Crossing




3 Avril 2020

Le jeu vidéo Animal Crossing : New Horizons, dernier né de la série à succès Animal Crossing, exclusivité de Nintendo, est sorti au bon moment. En plein confinement, il a connu un succès bien supérieur qu’espéré. Mais certains joueurs l’utilisent pour faire passer un message politique.


Utiliser les ressources de personnalisation d’Animal Crossing

Pixabay/ant2506
Pixabay/ant2506
Disponible sur la console Nintendo Switch, Animal Crossing est un jeu très simple en apparence : pas de quêtes impossibles, pas d’ennemis… un jeu calme idéal pour tous les âges. Ce qui fait son succès est son univers pastel et, surtout, la personnalisation très aboutie. Et c’est cet outil qui permet aux créateurs du monde entier de dévoiler leur créativité : habits, murs, stickers…

Alors que les habitants de Hong-Kong, comme 48% de la population mondiale, sont en confinement, ils continuent de vouloir manifester pour leur indépendance face au régime chinois. Et ne pouvant pas sortir dans la rue, ils ont décidé d’opter pour cette nouvelle plateforme pour faire passer le message : leur combat ne s’arrête pas, il est tout simplement mis en pause durant le confinement.

Des captures d’écran en faveur des révolutionnaires

Ainsi, depuis quelques jours, sur les réseaux sociaux sont massivement partagées des captures d’écran du jeu Animal Crossing affichant une bannière où il est écrit « Free Hong-Kong Revolution Now » (« Libérez Hong Kong La révolution c’est maintenant »). Des images et des vidéos qui sont ensuite relayées par les soutiens des manifestants un peu partout dans le monde.

De plus, le jeu permettant de se retrouver en ligne, il semblerait que des sortes de « happenings » soient organisés sur certaines îles du jeu. Une autre manière de manifester sur laquelle Nintendo ne s’est pas prononcée à ce jour. Mais il est possible que le groupe japonais prenne des mesures car le jeu n’est pas initialement destiné à des manifestations politiques.

Des joueurs ayant, par exemple, partagé des images d’îles montrant des symboles nazis ont été sanctionnés par le géant nippon, bien qu’il soit impossible de comparer les deux faits dans leur fond.