NLTO
Not Like The Others
- Magazine d'actualité politique, économique et géopolitique -

Les ménages modestes boivent des sodas, les riches du café




3 Mars 2020

L’Insee a réalisé et publié une enquête sur les habitudes de consommation des ménages français concernant les boissons. Les résultats, qui permettent de classer les ménages en fonction des revenus, donnée socio-économique par excellence, dévoilent une véritable tendance de fond : les riches préfèrent le café, les ménages modestes les sodas.


Boissons chaudes contre boissons froides : un marqueur social

Pixabay/5688709
Pixabay/5688709
Publiée le 2 mars 2020, l’étude de l’Insee réalisée en 2017 a permis de dévoiler que les ménages français se divisent en fonction de leurs préférences dans les boissons. Ainsi, les 20% des ménages les plus riches ont tendance à opter pour des boissons chaudes : ils en consomment 4,8% de plus que la moyenne nationale. Inversement, les boissons fraîches de type sodas sont préférées par les ménages les plus modestes : les 20% les plus modestes en consomment 5% de plus que la moyenne nationale.

Une explication potentielle à cette différence pourrait venir de l’arrivée en masse du café en dosettes, considéré comme meilleur, mais également beaucoup plus cher que le café traditionnel. Ainsi, pouvoir offrir un café en dosette à des invités, ou tout simplement se permettre d’en boire tous les matins est réservé aux ménages ayant les plus hauts revenus.

Les boissons pèsent de moins en moins dans le budget des ménages

Si les riches préfèrent le café et les ménages modestes les boissons fraîches, le secteur a malgré tout du souci à se faire : désormais, les Français ne consacrent plus que 2,9% de leur budget aux boissons, contre 6,4% en 1960.

Les boissons alcoolisées ont pris le dessus sur les boissons non-alcoolisées : alors qu’elles représentaient 22% du budget boisson des ménages en 1960, elles ont atteint 40% du budget total. En 2018, en moyenne, les Français ont consacré 707 euros dans des boissons alcoolisées, contre 476 euros pour les boissons non alcoolisées.