NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

Les pays les plus pauvres soutenus par la communauté internationale

Journaliste pour VA Press. En savoir plus sur cet auteur



31 Janvier 2020

Une alliance mondiale de partenaires du développement a annoncé en ce début d'année son engagement à entretenir la dynamique de la lutte contre l'extrême pauvreté, en mobilisant 82 milliards de dollars au profit de l'Association internationale de développement (IDA), le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres.


"Cette enveloppe de financement, dont plus de 53 milliards de dollars sont destinés à l'Afrique, aidera les pays à répondre aux besoins de leur population, stimuler la croissance économique et renforcer la résilience aux chocs climatiques et aux catastrophes naturelles", explique dans un communiqué la Banque mondiale.

« En prenant cet engagement aujourd'hui, nos partenaires montrent qu'ils sont plus que jamais déterminés à mettre fin à l'extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée dans les pays les plus pauvres et les plus vulnérables du monde », déclare David Malpass, président du Groupe de la Banque mondiale. « Nous les remercions pour cette nouvelle preuve de confiance dans les capacités de l'IDA à produire des résultats de développement bénéfiques pour celles et ceux qui en ont le plus besoin », ajoute-t-il.

Les pays bénéficiant de l'aide de l'IDA abritent désormais les deux tiers de la population pauvre mondiale (pratiquement 500 millions d'individus). Grâce à ce financement, l'IDA va pouvoir étoffer ses interventions en appui à la création d'emplois et la transformation économique, la bonne gouvernance et la responsabilisation des institutions : "Elle pourra également accompagner les pays confrontés aux défis du changement climatique, des inégalités hommes-femmes et des situations de fragilité, de conflit et de violence - en particulier dans la région du Sahel, autour du lac Tchad et dans la corne de l'Afrique", précise la Banque mondiale dans son communiqué.

L'IDA entend réaffirmer son aide aux mesures visant à faciliter la croissance et l'intégration régionale, y compris à travers des investissements dans des infrastructures de qualité : "Le guichet de l'IDA consacré au secteur privé continuera de contribuer aux efforts de la Société financière internationale (IFC) et de l'Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) pour mobiliser, malgré un environnement difficile, les capitaux privés nécessaires face à l'ampleur des besoins dans les pays en développement", conclue la Banque mondiale.