NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

Masques, le gouvernement commence son Mea Culpa

Journaliste pour VA Press. En savoir plus sur cet auteur



5 Mai 2020

La position intenable du gouvernement sur les masques depuis le début de l’année oblige un début de Mea Culpa. Une reconnaissance de culpabilité très timide qui se cache derrière les conseils du monde sanitaire.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
« Nous n’avons certainement pas été assez clairs sur le sujet », a déclaré le ministère de l’Intérieur lors de son interview par Le Grand Jury. Le fait que cet euphémisme soit la reconnaissance la plus franche des manquements du gouvernement dans le domaine en dit long. Les sorties de la porte-parole du gouvernement, des ministres de la Santé ou du directeur général de la santé sur les masques tournent en boucle sur les réseaux sociaux. Et alors que les masques vont devenir obligatoires dans la plupart des endroits publics, les affirmations solennelles sur l’inutilité de leur port ne seront pas oubliées. 
 
 Christophe Castaner a donc reconnu très timidement ce que tout le monde avait pu constater. Mais il s’est empressé ensuite d’excuser ce manque de clarté supposé en se cachant derrière les avis médicaux.

« Il y a une pénurie mondiale de masques. Tous les pays du monde ont été confrontés à cela (...) ce n’est plus le cas de la France aujourd’hui”, a expliqué Christophe Castaner. “Ce que l’on dit, c’est ce que disent les professionnels et les conseils scientifiques du milieu sanitaire”, s’est justifié le ministre de l’Intérieur. “Au début j’ai entendu l’Organisation mondiale de la santé, l’Académie de médecine, tous les professionnels de la santé, nous expliquer que le port du masque de façon systématique n’était pas nécessaire”, selon lui. “Puis, il y a eu des évolutions. L’Académie de médecine a, il y a quelques semaines, donné une position qui est différente de celle qui était portée au début de la gestion du combat contre le Covid et donc nous nous adaptons”, a ajouté le ministre » compile Le Huffington Post .

La véritable erreur à reconnaitre est d’avoir prétendu que les masques étaient inutiles au lieu de dire que l’option n’était pas sur la table, faute de stock. Tôt ou tard, le véritable mea culpa s’imposera de toute façon pour l’exécutif. Car la désignation de bouc émissaires ne suffira pas tant, à une époque, il y avait unanimité de la majorité sur la supposée inutilité du port du masque chez les personnes non contaminées.