NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





Monnaies virtuelles : l’AMF s’inquiète des escroqueries en ligne





En 2018, plus de sept cents personnes ont été victimes d’une escroquerie aux faux bitcoins sur internet révèle l’Autorité des marchés financiers (AMF). 31 millions d’euros ont été perdus par des personnes qui croyait s’enrichir sans effort.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Les escrocs ont toujours un temps d’avance. Quand les épargnants pensent avoir décelé l’aubaine avec les cryptomonnaies, les experts en escroqueries ont anticipé et se sont positionnés. Dans une interview donnée au journal Le Parisien-Aujourd’hui en France, une responsable de l’Autorité des marchés financiers (AMF) revient sur ce phénomène qu’elle estime « exponentiel ».
 
La directrice des relations avec les épargnants du gendarme de la finance, Claire Castanet, affirme que sept cents personnes ont été victimes d’une vente en ligne de faux bitcoins. Le total des sommes perdues s’élève à 31 millions d’euros. Les chiffres sont d’autant plus alarmants que l’AMF estime que 40% des appels concernant des escroqueries concernait Bitcoin.
 
Malgré les déclarations et alarmes multiples, la tendance ne semble pas baisser. Juste avant l’été, au mois de juin, le président de l’AMF avait abordé le sujet lors d’une audition à l’Assemblée nationale. Il avait alors avancé des chiffres moins importants avec 400 victimes déclarées et 15 millions d’euros. Avec des sites très bien faits et des simulations de cours très réalistes, les victimes dépensent leurs économies séduites par une coquille vide. « L'Autorité des marchés financiers (AMF) et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR, adossée à la Banque de France) ont récemment mis en garde le public contre les activités de sites proposant "sans y être autorisés [...] des services d'investissement portant sur des produits dérivés dont le sous-jacent est constitué de crypto-actifs", parmi lesquels "agencecentraledescryptomonnaies.com" ou encore "conseilcrypto.com" et autre "paiement-bitcoin.com". Pour éviter les arnaques, cette liste noire est régulièrement mise à jour » souligne de son côté le site La Tribune.fr.