NLTO
/ Magazine d'actualité politique, économique et internationale /



Pandémie : Inquiétudes autour d’une souche de grippe porcine




1 Juillet 2020

La pandémie de Covid-19 est loin d’être terminée, on compte au 1er juillet 2020 10,4 millions de cas pour 511.000 morts, que déjà une nouvelle inquiétude naît en Chine. Des chercheurs ont découvert une nouvelle souche de grippe porcine qui présenterait un « potentiel pandémique ». Rien n’est certain, mais la prudence est de mise.


Les virus G4 descendants du virus H1N1

Pixabay/wikilmages
Pixabay/wikilmages
Elle était passée un peu plus inaperçue, mais, en réalité, la pandémie de virus de la grippe porcine H1N1 de 2009-2010 avait été bien plus grave que celle du Sars-Cov-2 : le virus avait contaminé entre 700 millions et 1,9 milliard de personnes. Mais les symptômes étaient moins graves et le nombre de morts confirmées est resté, heureusement, faible : 18.000 (bien que les estimations parlent de plus de 150.000 décès). Malgré cela, elle n’en est pas moins une pandémie.

Alors quand des chercheurs chinois publient, le lundi 29 juin 2020 sur la revue PNAS, une étude sur des virus appelés G4 qui descendent directement de la souche H1N1 et qui auraient « tous les traits essentiels montrant une haute adaptabilité pour infecter les humains », il est normal que l’inquiétude monte. Une deuxième pandémie juste après celle du Covid-19 serait dévastatrice autant sur le plan humain que sur le plan économique.

Des ouvriers infectés, mais aucune preuve de la transmissibilité entre hommes

Les chercheurs ont étudié des souches de virus de la grippe porcine grâce à plus de 30.000 prélèvements effectués entre 2011 et 2018. 179 souches ont été isolées dont les G4, les plus infectieux. Et ils en auraient trouvé des traces dans les prélèvements sanguins de 10,4% de la population humaine travaillant au contact avec les porcs, et même 4,4% de la population générale.

Des taux de contamination élevés qui inquiètent : si les virus développent la capacité de se transmettre d’homme à homme, ce qui n’a pas pu être prouvé par les chercheurs, ils pourraient donner lieu à une nouvelle pandémie. Et si la transmissibilité entre humains n’est pas prouvée, il n’est pas impossible qu’elle existe déjà ou qu’elle se développe à l’avenir. Les virus sont en effet en mesure de s’adapter à leur environnement.

Si, pour l’instant, aucune alerte n’est donnée, les chercheurs sont formels : les populations travaillant au contact des porcs doivent être surveillées.