NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Piratages sur internet : le gouvernement veut la lite des sites les plus utilisés





Le ministère de la Culture annonce une nouvelle offensive contre le piratage de films et de séries sur internet. La ministre demande notamment qu’une liste des sites les plus utilisées par les pirates soit établie et mise au point pour servir d’outil de blocage de ces plateformes illégales.


Dis-moi sur quel site tu pirates et je le fermerai. Alors que le dispositif Hadopi ne fait pas franchement ses preuves parce qu’il ne fait pas peur aux pirates, le ministère de la Culture semble décidé à l’utiliser pour mieux lutter contre le piratage. « Actuellement, la lutte contre le piratage en France prend essentiellement deux formes. Il y a bien sûr d'un côté les ayants droit, qui peuvent défendre leur propriété intellectuelle devant les tribunaux, et de l'autre la Hadopi, fondée fin 2009 pour organiser une lutte plus systématique. Représentant l'effort de l'État en la matière, la Hadopi se concentre en pratique sur une mission : elle surveille les réseaux peer-to-peer, avertit les internautes pris en faute et, éventuellement, les fait sanctionner » raconte le site Les Numériques .

Une situation qui ne satisfait pas la ministre actuelle, Françoise Nyssen. « Concrètement, le gouvernement plancherait avant tout sur une piste. Il s'agirait de confier à la Hadopi la constitution d'une "liste noire" de tous les sites pirates connus, qui servirait de base à un mécanisme de déréférencement (au niveau des moteurs de recherche) et/ou de blocage (au niveau des FAI ; essentiellement Orange, SFR, Free et Bouygues Telecom). Actuellement, de telles mesures peuvent être prises à l'encontre d'un site, mais il faut pour cela qu'un ayant droit prouve un important préjudice et qu'il l'obtienne d'un juge » ajoute le site.

Plus directe, est aussi envisagée une mesure qui consisterait à bloquer systématiquement les sites de la liste Hadopi. « La Haute autorité aurait aussi carte blanche pour actualiser librement sa liste avec tous les sites miroirs recensés » lit-on plus loin. Une mesure bien plus sérieuse et plus efficace étant donné que la plupart des pirates se content d’un ou deux sites récupérés par bouche à oreilles.