NLTO
/ Magazine d'actualité politique, économique et internationale /



Quand Facebook accuse l’UE de non-respect de la vie privée de ses salariés




30 Juillet 2020

L’action en justice intentée par le géant Facebook, leader des réseaux sociaux et régulièrement accusé de récupérer beaucoup de données personnelles de ses utilisateurs, a un côté ironique : le groupe attaque la Commission européenne pour… non-respect de la vie privée.


La Commission européenne enquête sur Facebook

Pixabay/Geralt
Pixabay/Geralt
Le groupe Facebook est, depuis plusieurs mois, visé par une enquête de la Commission européenne pour des pratiques anticoncurrentielles. C’est dans ce cadre que Bruxelles aurait demandé de nombreuses informations à Facebook, mais également à ses salariés. Or, si Facebook déclare collaborer activement dans le cadre de cette enquête, le réseau social fondé par Mark Zuckerberg annonce avoir fourni plus de 315.000 documents à Bruxelles, il n’apprécie guère certaines questions.

Facebook accuse en effet la Commission européenne de s’intéresser d’un peu trop près à la vie privée de ses salariés, avec des demandes portant sur des données financières, familiales et même médicales. Des informations que le réseau social juge « sans rapport » avec l’enquête pour pratiques anticoncurrentielles dont il fait l’objet, selon l’avocat de la firme, Tim Lamb.

Une plainte auprès de la Cour de justice de l’Union européenne

Afin de faire cesser ces pratiques intrusives et non respectueuses de la vie privée de ses salariés, Facebook a donc porté plainte auprès de la plus haute juridiction de l’Union européenne, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), selon les informations dévoilées lundi 27 juillet 2020 par le Financial Times. L’entreprise demande que cessent ces questions : « nous pensons que de telles requêtes devraient être examinées par des cours européennes », juge l’avocat du géant.

Ce dépôt de plainte ne devrait toutefois pas empêcher la Commission européenne de mener à bien son enquête puisqu’elle ne vise que certaines données et documents, et ne remet pas en cause les accusations envers Facebook