NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Top 100 des écoles d’ingénieurs françaises





L’Usine nouvelle a sorti le palmarès des 100 meilleures écoles d’ingénieurs en fonction de l’insertion professionnelle, des liens avec l’international et de la recherche. Les diplômés de ces écoles n’attendent en moyenne que 1,2 mois pour être embauchés.


D’après le classement du magazine Usine Nouvelle, 18 des 20 meilleures écoles d’ingénieurs sont publiques. Publié le 12 mars, le palmarès a été établi au regard de trois critères : l’insertion professionnelle, l’international et la recherche.

Polytechnique reste en tête du classement. Elle obtient une note globale de 90,6 sur 100 (100 sur 100 en insertion professionnelle, 96 en recherche, 76 en international). En deuxième position on trouve Grenoble INP, groupement de six écoles d’ingénieurs avec 84,4. L’Ecole Centrale est troisième avec 82,8. Elle continue sont ascension puisqu’elle n’était que 9ème en 2012.

L’INSA Lyon descend au classement, de la troisième place en 2012 et 2013, elle passe à la sixième. Télécom ParisTech et l’ESPCI quittent le top 10 pour se classer respectivement douzième et quinzième.

Dans le top vingt, seulement deux écoles, Isep et Supéléc, sont privées.

Les ingénieurs et le monde du travail

Le magazine explique que le classement de cette année a regardé particulièrement les stages demandés par les écoles, « la disparition, parmi nos critères, du budget par élève au profit de la durée obligatoire des stages en entreprise, plus pertinent selon les écoles comme les industriels, explique certains des changements de place observés cette année. » Les durées d’apprentissages en entreprise varient de quatre mois à quatorze mois selon les écoles.

Chaque année, les statistiques confirment que le monde de l’entreprise continue à solliciter les diplômés d’écoles ingénieurs plutôt que ceux d’écoles de commerce ou de management. D’après l’enquête du magazine, 96% des industriels se disent satisfaits de la formation que reçoivent les ingénieurs.

Résultat, les jeunes diplômés s’insèrent avec moins de difficultés sur le marché professionnel et sont mieux payés : « Près de 35 000 jeunes ont décroché un diplôme d’ingénieur en 2013, selon le dernier bilan de la Commission des titres d’ingénieurs (CTI). D’après notre enquête, ils attendent 1,2 mois, en moyenne, avant de décrocher leur premier emploi, payé 35 184 euros bruts annuels (184 euros de plus que l'année précédente). Les disparités entre les salaires – de 23 000 à 47 000 euros – restent fortes. »