NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

Une pluie d’étoiles filantes exceptionnelle dimanche 15 décembre

Journaliste pour VA Press. En savoir plus sur cet auteur



16 Décembre 2019

Hier soir, pour ceux qui avaient la chance d’avoir un ciel dégagé, une pluie d’étoiles filantes exceptionnelle était visible de 17h à minuit. Appelée, les Géminides, c’était une des plus belles nuits de l’année pour regarder les étoiles.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Chaque année au mois de décembre, une exceptionnelle pluie d’étoiles filantes a lieu. Cette année c’était dimanche 15 décembre. De 17h à minuit, il était fortement conseillé de lever les yeux au ciel pour observer ce phénomène astrologique appelé « les Géminides ». De plus en plus intense chaque année, les spécialistes estimaient qu’il serait possible de voir une étoile filante toutes les deux ou trois minutes. « Les Géminides sont très prolifiques, beaucoup plus que les Perséides, cette pluie estivale d'étoiles filantes très médiatisée que les amoureux du ciel guettent, chaque année, à l'approche du 12 août. Mais en réalité, ce phénomène se produit à différents moments de l'année. En effet, dans sa course autour du Soleil, la Terre ne cesse de traverser des amas de petits débris — pas plus gros qu'un grain de sable ou un petit pois — qui viennent d'objets célestes divers, et qui plongent, poussés par les vents solaires, vers le centre de notre Système solaire. Leur origine est variée : il peut s'agir de fragments provenant, de la queue de comètes ou d'astéroïdes qui se sont brisées ou de poussières venant de la Lune ou de Mars » explique Le Parisien-Aujourd’hui en France

De fait, il ne s’agit pas à proprement parlé d’étoile filante mais de « la trace lumineuse consécutive à la combustion de ces débris et non pas des étoiles en train de mourir comme on le croyait sous l'Antiquité », explique l’astronome Jérémie Vaubaillon, cité par le quotidien. Quant aux raisons de ce spectacle, les scientifiques n’ont pas d’explication certaine. «  Cela reste mystérieux. Un gros corps de 6 km qui s'appelle Phaéton joue peut-être un rôle. On l'observe depuis trente ans. Il est classé dans la catégorie des astéroïdes. Peut-être à tort. Car quelque chose ne colle pas : normalement, ce sont les comètes, ces corps glacés et gazeux qui arrivent à générer autant de poussières, pas les astéroïdes. Ces derniers ne sont pas assez riches en gaz », a précisé l’astronome.