NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Immobilier, vers des frais d’agence au mètre carré





Europe 1 a révélé lundi 17 mars que les frais des agences immobilières devraient être revus à la baisse. Le projet de loi du gouvernement veut que la facture corresponde à la taille de l'appartement. Il ne s’agira plus, comme c’est souvent le cas, de l’équivalent d’un mois de loyer.


Photo : Myrabella
Photo : Myrabella
Les frais aux agences immobilières pourraient cesser d’être forfaitaires. Un décret de la loi Alur, présenté par le gouvernement, va dans ce sens. C’est la radio Europe 1 qui a annoncé en premier cette information.

Depuis sa prise de fonction en tant que ministre du Logement, Cécile Duflot n’a eu de cesse de rappeler qu’elle agirait pour maitriser le marché immobilier. Parmi ses objectifs, elle avait annoncé que les frais payés par les locataires seraient divisés par deux. Aujourd’hui, avec des variantes selon les villes et régions, les frais sont environ équivalents à un mois de loyer.

Entre 8 et 12 euros le mètre carré

Les frais ne seront pas mêmes selon les régions ou les prix des différents marchés immobiliers. D’après Le Figaro les frais au mètre carré devraient aller de 8 à 12 euros. À Paris et dans les banlieues chics ce sera 12 euros, 10 euros dans les grandes agglomérations et 8 euros dans le reste de la France. Un rapide calcul suffit à réaliser qu’il y aura effectivement une baisse des tarifs : un appartement de 50 mètre carrés à Paris devrait coûter 600 euros en frais d’agence soit largement mois qu’un mois de loyer. À Paris, la promesse de la ministre pourrait donc être tenue par ce mécanisme. En revanche, dans les grandes agglomérations et les lieux où le marché n’est pas très concurrentiel, cela risque de ne pas suffire.

Le gouvernement estime que ces tarifs sont suffisant pour rémunérer les quatre services dont doivent se charger les agences : état des lieux, rédaction du bail, montage du dossier et visites. Le but de la loi est de « rééquilibrer la répartition des honoraires entre le locataire et le propriétaire ».

Un recours devant le Conseil constitutionnel a déjà été déposé par des représentants des agences immobilières.