NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







​Agressions du corps médical, le signal d’alarme de la confédération des syndicats





Entre 2009 et 2017 les agressions du corps médical a doublé d’après des chiffres Ipsos. Une réalité qui inquiète les professionnels et motive la Confédérations des syndicats médicaux (CSMF) à alerter l’opinion publique. « Combien faudra-t-il de médecins agressés, blessés, voire tués, pour que les pouvoirs publics réagissent ? » se demande l’organisation par communiqué.


ILD
ILD
Les chiffres sont difficiles à analyser mais la progression est limpide. Entre 2009 et 2017, le nombre d’agressions de médecin est passée de 512 à 1035. D’après ces chiffres évalués par Ipsos et publiés par Le Parisien-Aujourd’hui en France, les agressions ont plus que doublé en à peine huit ans. Une situation qui préoccupe fortement les médecins, comme l’affirme la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) par communiqué.
 
Les chiffres montrent d’abord que les médecins généralistes représentent la majorité des agressions avec 61% des cas recensés. Le Nord et les Bouches-du-Rhône sont d’ailleurs les deux départements les plus touchés par ce phénomène. « La proportion de femmes médecins agressées (51%) est également préoccupante. Le fait qu'elles soient de plus en plus nombreuses dans la profession ne suffit pas à expliquer l'augmentation des violences dont elles sont victimes et parfois la cible en tant que femmes » ajoute le CSMF.
 
La confédération en appel aux autorités pour prendre des mesures et protéger les médecins.  « Combien faudra-t-il de médecins agressés, blessés, voire tués, pour que les pouvoirs publics réagissent ? » lance le CSMF.
 
Des mesures défendues par l’organisation pour améliorer la situation sont ainsi de nouveau avancées : « la reconnaissance prioritaire des numéros de téléphone des cabinets et des médecins par les services de police ou de gendarmerie ;  la sécurisation des cabinets médicaux par l'installation de caméras de vidéosurveillance à proximité sur la voie publique ; l'aide publique pour l'installation de caméras de vidéosurveillance dans les salles d'attente, et de boutons d'alarme dans les cabinets. »
 
Outre la sécurité des médecins, le CSMF assure que la situation risque d’être problématique pour la société toute entière. « Cette insécurité croissante est un facteur aggravant qui décourage encore plus les jeunes médecins de s'installer en libéral, et qui rend encore plus difficile le maintien d'un accès aux soins de proximité dans les meilleures conditions pour la population. »