NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







​Uber commande des « dizaines de milliers » de voitures autonomes





Le géant mondial du transport de personnes se lance à toute berlingue dans la voiture autonome. Volvo vient en effet de déclarer que Uber était sur le point d’acheter « des dizaines de milliers » de voitures de ce type. Les livraisons sont prévues à partir de 2019.


ILD
ILD
Sans chauffeur, un service de conduite de personnes régulièrement attaqué pour mauvais traitement de ces collaborateurs aurait la vie plus facile. Uber est tellement convaincu que les voitures autonomes sont l’avenir que le géant mondial a déjà passé commande pour des milliers de véhicules. Et ce n’est pas lui qui le dit mais Volvo qui assure avoir enregistré des commandes pour des voitures autonomes. Pire, le constructeur assure que le pacte commercial entre lui et Uber allait concerner des « dizaines de milliers de voitures autonomes ».
 
« Outre les scandales à répétition qui ont conduit au départ de son fondateur Travis Kalanick, Uber fait face à un défi majeur : des pertes qui dépassent les 500 millions de dollars par trimestre. Mais les investisseurs continuent d’avoir confiance dans l’entreprise, valorisée autour de 70 milliards de dollars. Uber a fait le pari du long terme. Pour l’instant, l’entreprise investit lourdement, avec une présence mondiale dans plus de 500 villes, mais elle ne touche qu’entre 20 et 35 % de chaque course – le reste va au chauffeur. Si elle parvient à les remplacer par la machine, sa rentabilité exploserait » remarque judicieusement le quotidien gratuit 20 Minutes.
 
Si les livraisons sont prévues pour se dérouler entre 2019 et 2021, Uber a beaucoup à faire d’ici là. Les premiers tests grandeur nature avaient été ponctuée par des incidents et notamment dix feux rouges grillés…
 
Mais si ces objectifs étaient atteints, de nouveaux horizons s’ouvrent pour Uber qui pourrait décider de supprimer plusieurs intermédiaires entre lui et les passagers. « En février, Daimler et Uber avaient annoncé un accord d'un autre genre. Le constructeur allemand avait obtenu que ses futurs engins autonomes puissent être accessibles au public via la plate-forme Uber » rappelle le journal Les Echos .