NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





7,2% des adultes Français ont fait une tentative de suicide




5 Février 2019

A l’occasion de la Journée nationale pour la prévention des suicides, Santé Publique France annonce que 7,2% des Français de 18 à 75 ans auraient fait au moins une tentative de suicide dans leur vie.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
A l’échelle du pays, cela représente plus de trois millions de personnes. Du moins si l’on rapporte au pays les résultats du baromètre sur les suicides de Santé publique France. « En 2017, 7,2 % des Français âgés de 18 à 75 ans – soit plus de trois millions de personnes – déclaraient avoir tenté de se suicider au cours de leur vie. Ils étaient 4,7 % à avoir pensé à mettre fin à leurs jours au cours des douze derniers mois et 0,39 % à avoir tenté de le faire. Des proportions élevées, marquées par des évolutions différentes chez les hommes et les femmes » rapporte Le Monde . Et d’ajouter que « si les hommes représentent les trois quarts des 8 948 décès par suicide officiellement recensés en 2015 par le Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès pour l’Inserm, un chiffre stable par rapport à 2014 (8 885 décès) après plusieurs années de « lente décroissance », les pensées suicidaires et les tentatives de suicide sont davantage le fait des femmes. Un paradoxe apparent, qui s’explique par le fait que les hommes utilisent des moyens plus létaux (armes à feu, pendaison). »

Pour ce baromètre, plus de vingt-cinq mille personnes ont été interrogées, de quoi crédibiliser des résultats qui donnent froid dans le dos. D’autant que depuis 2005, la proportion semble avoir largement augmenté. « Quelques données éclairent crûment certains profils à risque : près d’un tiers des femmes (31 %) et un quart des hommes (25,7 %) ayant subi des attouchements ou des rapports sexuels forcés ont déjà fait une tentative de suicide au cours de leur vie. Et près d’un quart des personnes ayant connu un « épisode dépressif caractérisé au cours de l’année » (25,1 % des hommes, et 22,6 % des femmes) ont eu des pensées suicidaires au cours de cette période. Par ailleurs, les « graves problèmes d’argent », les « menaces verbales », les « humiliations ou intimidations » et le fait d’avoir « vécu une séparation ou un divorce » au cours des douze derniers mois « multipliaient par deux environ le risque d’idéations suicidaires » » rapporte Le Monde.