NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

8.000 morts au Japon à cause de deux bactéries antibiorésistantes




9 Décembre 2019

Une nouvelle étude vient confirmer les risques pour la santé mondiale concernant les bactéries résistantes aux antibiotiques, un véritable fléau lié à une prescription massive et non-nécessaire de cette famille de médicaments. Deux bactéries feraient, à elles seules, près de 8.000 morts par an au Japon.


L’antibiorésistance : une inquiétude croissante

L’OMS ne cesse d’alerter sur les risques liés au développement de bactéries résistantes aux antibiotiques dans le monde. En 2018, l’organisation avait même estimé que cette résistance était une des « plus graves menaces pesant sur la santé mondiale ». Elle ferait, selon les estimations, des centaines de milliers de victimes par an, toutes bactéries confondues, dont près de 33.000 dans la seule Union européenne.

L’étude japonaise, menée par l’expert en bactéries de l’Université médicale Aichi, Hiroshige Mikamo, a été relayée par le journal The Japan Times, publication japonaise en anglais. Son équipe a étudié les informations transmises par les divers hôpitaux et centre de santé du pays pour établir une estimation des potentiels décès liés à l’antibiorésistance de deux bactéries.

Salmonelle et staphylocoque doré

Les chercheurs se sont concentrés sur deux bactéries très connues : la salmonelle et le staphylocoque doré. La première a développé, au fil des années, une résistance aux fluoroquinolones, la seconde une résistance à la méticilline. Résultat : les traitements traditionnels contre ces bactéries mortelles ne sont plus autant efficaces.

Ainsi, selon l’étude, il est possible d’attribuer dans le seul Japon entre 7.400 et 8.100 décès par an à ces deux bactéries du fait de leur résistance aux antibiotiques. Or, les données des chercheurs restent partielles : elles ne s’étalent que de 2011 à 2017 et ne correspondraient pas à la réalité. Pour Hiroshige Mikamo, les décès liés à l’antibiorésistance pourraient, en réalité, dépasser les 10.000 par an au Japon.