NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





Attaqué par Valeurs Actuelles, Quotidien diffuse gratuitement le magazine




21 Novembre 2019

Drôle de réaction de la part de l’émission Quotidien après avoir été épinglé par la Une du magazine Valeurs Actuelles. Plutôt que de répondre sur le fond, la forme ou sur l’engagement de l’hebdomadaire, Yann Barthes a préféré proposer le magazine « Gratos ».


DR
DR

Qu’on soit irrité d’être la cible d’une Une, c’est compréhensible. Qu’on soit choqué du traitement à charge dont on est victime aussi. En revanche, on a plus de mal à comprendre la réaction de Quotidien après le dossier que lui a consacré le magazine Valeurs Actuelles. « Gardez vos 5€50. Demain, n'achetez pas le journal d'extrême droite Valeurs Actuelles et lisez GRATOS le dossier bidon qu'il nous consacre dès aujourd'hui. Et vive les bien-pensants. Bisous » a répondu Yann Barthès sur son compte Instagram. Car pour le coup, c’est le présentateur et son émission qui se mettent en tort en diffusant gratuitement un journal payant.

 

 

Une réaction outrancière et même illégale qui est en plus un mauvais coup de communication puisqu’elle donne l’impression que l’hebdomadaire a tapé là où ça fait mal. « A l'intérieur, les lecteurs découvrent un dossier de douze pages consacrées à l'émission quotidienne diffusée sur TMC et à son présentateur vedette, Yann Barthès. Ainsi Valeurs actuelles affirment par exemple que Yann Barthes serait un des animateurs les mieux payés du PAF (mais aussi un de ceux qui réalise les plus fortes audiences) et que sa société de production montée avec Laurent Bon ferait 27 millions de chiffre d'affaire par an » rapporte le blog spécialisé de Morandini

 

 

Il n’en aura pas fallu plus pour que la rédaction de Valeurs Actuelles se saisisse de cette réaction pour appuyer le dossier : « Au lieu de répondre sur le fond et de peut-être même nous inviter dans leur émission pour qu'on ait un débat honnête sur cette question, ils ont décidé de publier gratuitement sur les réseaux sociaux notre travail en intégralité. C'est évidemment parfaitement illégal, parfaitement scandaleux. Ils n'ont pas le courage d'assumer une contradiction. » Pour une émission qui n’a de cesse d’épingler les autres médias ou personnalités politique, la moindre des choses aurait été de se défendre sur le terrain médiatique.