NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





Bakou accueille les championnats du monde de gymnastique rythmique




19 Septembre 2019

Quatorze ans après avoir accueilli pour la première fois les Championnats du monde de gymnastique rythmique, Bakou déborde d'enthousiasme alors que l'événement marquant de ce sport est revenu depuis le 16 septembre dans la capitale azerbaïdjanaise, et ce jusqu'au 22 septembre, avec cette fois-ci des places convoitées pour les qualifications olympiques. Que vous soyez expert en rythmique ou débutant dans le sport, voici cinq choses à savoir sur la compétition.


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits
À ce jour, seules quatre femmes ont remporté trois titres mondiaux consécutifs au concours multiple : les Bulgares Mariya Gigova (1969-1973) et Maria Petrova (1993-1995), puis la Russe Evgeniya Kanaeva (2009-2011) et plus récemment Yana Kudryavtseva ( 2013-15). La Russe Dina Averina, dont les énormes scores en difficulté et la constance dans les points lui confèrent un avantage considérable sur le reste de la compétition, a une chance de les rejoindre. La plus grande rivale de la jeune jumelle Averina pourrait bien être sa propre soeur, Arina , ou l'Israélien Linoy Ashram , qui se sont révélés capables de la défier pour l'or.

Des gymnastes de sept nations différentes ont atterri sur le podium lors de la World Challenge Cup à Portimao au Portugal le week-end dernier, soulignant la globalité croissante de ce sport. La liste des prétendants à la suprématie russe est longue: les olympiens de 2016, Katsiaryna Halkina (BLR), Linoy Ashram (ISR), Kaho Minagawa (JPN) et Laura Zeng (États-Unis), ainsi que les nouveaux venus Anastasia Salos (BLR), Katrin Taseva (BLR), Alexandra Agiurgiuculese (ITA), Milena Baldassarri (ITA) et Vlada Nikolchenko (UKR).

Tous sont déjà assez accomplis: Halkina, Agiurgiuculese, Baldassarri, Ashram et Minagawa ont tous empoché des médailles du monde individuelles; Kaleyn et Taseva sont les médaillés d'argent de l'équipe mondiale en titre, et Zeng a contribué à la meilleure performance de l'équipe mondiale des États-Unis l'an dernier. Nikolchenko, de son côté, a terminé quatrième du podium du concours multiple.

Si l'histoire récente de la compétition individuelle a donné lieu à une série de victoires russes, celles du groupe ont été plus largement réparties entre les différentes nations. Déjà cette année, la Bulgarie, Israël, l'Italie, le Japon et la Russie ont tous grimpé sur le podium des Coupes du Monde ou des Coupes du Monde, tandis que l'Azerbaïdjan, la Biélorussie, l'Ouzbékistan et l'Ukraine se sont classés au moins une fois. La Russie puissante ne peut jamais être exclue, en particulier avec une équipe qui comprend les médaillées d'or olympiques 2016 Anastasia Maksimova et Maria Tolkacheva . Tout cela aboutit à une compétition qui promet le frisson du suspense.

Beaucoup plus que la gloire mondiale est en jeu dans la capitale de l'Azerbaïdjan. Les 16 meilleurs gymnastes de la finale du concours multiple qualifieront leur pays pour les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo, tandis que les cinq meilleurs groupes admissibles de la compétition du concours multiple (à l'exception de la Russie, de l'Italie et de la Bulgarie déjà qualifiées) se verront attribuer des places olympiques. leurs nations, ajoutant une couche supplémentaire d'intrigue à ce qui promet déjà d'être une compétition incroyablement excitante.

La compétition aura lieu au National Gymnastics Arena, un stade ultramoderne, un édifice de 5 000 sièges qui est l'un des seuls sites au monde à avoir été spécialement conçu pour la gymnastique. Cet espace aéré et palatial a été construit pour accueillir les compétitions de gymnastique aux 1ers Jeux européens de 2015. Il a accueilli de nombreuses épreuves de la Coupe du Monde et les Championnats d'Europe de gymnastique rythmique de mai, mais c'est la première fois qu'il accueillera un Championnat du monde. La Heydar Aliyev Arena de Bakou, de l'autre côté de la ville, a accueilli les premiers Mondiaux de la rythmique tenus dans le pays en 2005.

La Fédération Internationale de Gymnastique est l'organe directeur de la gymnastique dans le monde entier. Il s'agit de la fédération internationale la plus ancienne d'un sport olympique et elle participe aux Jeux olympiques depuis leur renaissance en 1896. La FIG gère huit sports: la gymnastique pour tous, la gymnastique artistique masculine et féminine, la gymnastique rythmique, le trampoline - y compris le double mini-trampoline et Tumbling -, Aérobic, Acrobaties et Parkour. Elle compte 146 fédérations nationales affiliées et son siège est situé dans la capitale olympique de Lausanne (SUI).