NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





Ce n’est pas Netflix qui a eu la peau de Canal Plus





Alors que l’essor de la plateforme Netflix a été concomitant avec la chute de Canal Plus, la chaine cryptée fait son examen de conscience affirme qu’elle doit son recul à un manque de vision stratégique. Une clairvoyance salutaire au moment ou Canal reprend du poil de la bête.


DR
DR
Estimer que son échec est causé par les autres est toujours un peu facile. A cette enseigne Canal Plus ne tombe pas dans la facilité. Dans une interview à Paris Match repérée par Presse Citron, le président de la chaine fait un état des lieu réaliste des difficultés rencontrées ces dernières années. Il faut dire que l’examen de conscience est plus facile dans le contexte actuel de rebond. « On le sait, pour Canal+, ces dernières années ce n’est pas vraiment la joie. Bien sûr, la situation commence à se redresser avec 227 000 abonnés sur les 12 derniers mois. La chaîne peut aussi se réjouir d’être parvenue à bousculer la chronologie des médias. Bref, l’heure est plutôt à la satisfaction pour Maxime Saada, le président du directoire de la filiale de Vivendi. Dans une interview à Paris Match, il souligne que la croissance est inédite depuis 2008. Selon lui, ce serait le résultat d’une ligne plus claire » écrit le site internet.

Finalement, Canal Plus reconnait que l’effet Netflix n’explique pas à lui seul l’hémorragie d’abonnés des dernières années. « L’avantage de Netflix, c’est qu’il a popularisé un modèle payant (à l’image du nôtre). Mais nos abonnés prennent Netflix en complément de Canal +, donc on n’a pas observé de chute liée à ça… contrairement au lancement de BeIN en 2012, qui avait eu un impact » a déclaré Maxime Saada. « Seul impact négatif potentiel dans l’avenir ? Une augmentation des tarifs de Netflix qui pourrait pousser des abonnés à résilier chez Canal+. Comme un aveu que la chaîne cryptée n’est pas un premier choix, mais un complément » rapporte Presse Citron. Et le site de veille d’actualité de commenter très justement que « Si l’explosion de Netflix en France a surtout signé le glas du Canal Play , le public qui est parti de la chaîne cryptée a sans doute plutôt voulu envoyer un message après l’arrivée de Bolloré et l’impact sur le Grand Journal, le Petit Journal, les Guignols ou encore la cure d’amincissement des droits sportifs. Mais bon, il faut sans doute mieux attirer l’attention sur Netflix… »