NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





Corée du Nord : le mystère de l’employé du Sénat mis en examen pour trahison





Un juge d’instruction a décidé la mise en examen de Benoît Quennedy, administrateur du Sénat pour trahison et intelligence avec une puissance étrangère. Les accusations sont graves contre ce personnage excentrique dont la mission professionnelle n’avait pas grand-chose à voir avec le secret d’Etat.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Il s’occupait du patrimoine et des jardins du Sénat. Un poste que beaucoup considère comme un placard dans cette chambre haute. Benoît Quennedy a pourtant été arrêté par la DGSI en début de semaine pour des soupçons de collusions avec la Corée du Nord. Les éléments en possession du juge d’instruction ont suffi pour que seulement quelques jours plus tard l’administrateur soit mis en examen pour « intelligence avec une puissance étrangère. »

Connu pour être un fervent admirateur de la Corée du Nord, Benoît Quennedy se rendait régulièrement dans ce pays dont il vantait les mérites. Il s’occupait en parallèle de ses fonctions officielles d’une association d’amitié avec cette dictature. « Conformément aux réquisitions du parquet, il a été placé sous contrôle judiciaire, assorti notamment de l’interdiction de quitter le territoire, d’interdictions de contacts et de l’interdiction d’exercer sa profession. M. Quennedey, affecté à la Direction de l’architecture, du patrimoine et des jardins après avoir été à la Commission des finances, avait déjà été suspendu de ses fonctions mardi par la présidence du Sénat, qui précisait que la procédure concerne des faits « extérieurs au service » » raconte Le Monde .

L’ancien énarque dans les années 1990 n’a jamais caché sa défense de la Corée du Nord. Il a écrit des livres à ce sujet et semblait avoir totalement intégré une partie de la propagande de ce pays coupé du monde. « Sa passion pour le pays date de ses années d’études, à Sciences Po puis à l’ENA, dans les années 90. Le bloc communiste s’est effondré ; la dynastie des Kim non seulement reste solidement attachée au pouvoir, et ce malgré une terrible famine, mais elle défie les Etats-Unis, notamment en développant sa dissuasion nucléaire. Et il est évident à ses yeux qu’elle est, du fait de la propagande américaine, incomprise du monde extérieur. Il s’est rendu huit fois dans le pays, dont la dernière en septembre pour les 70 ans de la fondation du régime » poursuit le quotidien français.