NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





Coupe du Monde 2026 : Trump se fait menaçant pour obtenir l’organisation





Le président américain a expliqué que si des pays ne votaient pas pour la candidature pour la Coupe du Monde 2026 des Etats-Unis, Mexique et Canada, il ne voyait pas pourquoi il soutiendrait ceux-ci notamment devant les Nations-Unies. Une vision du foot qui unit les peuples toute particulière.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Même quand il parle de foot, Donald Trump sème la discorde. Du jamais vu dans l’histoire des candidatures pour l’organisation du mondial de 2026, le président américain a carrément expliqué qu’en cas de nous soutien de la candidature américaine, il fallait s’interroger sur le soutien politique de Washington offrait. En gros, être un allié et ne pas voter pour que le mondial soit organisé en partie par les Etats-Unis, c’est prendre un risque politique.

Pas besoin d’aller très loin pour vérifier que ses propos ne sont pas exagérés puisqu’il les a signés, comme à son habitude, sur Twitter : « Les Etats-Unis ont réalisé un dossier solde avec le Canada et le Mexique pour la Coupe du monde 2026. Ce serait une honte si des pays que nous avons toujours soutenu faisaient campagne contre la candidature américaine. Pourquoi devraient-on soutenir ces pays s’ils ne nous soutiennent pas (Y compris aux Nations Unies). »

Alors que la Fifa va annoncer le nom du prochain organisateur aujourd’hui, cette déclaration prend une ampleur toute particulière. En face de l’alliance Etats-Unis, Mexique et Canada, le Maroc croit encore à ses chances. Deuxième pays africain à organiser le mondial, le choix du pays serait un symbole fort. Quel que soit le choix retenu, une attribution de mondial enclenche toujours des polémiques. Et si on ajoute dans la balance un président américain qui assume totalement son manque de fair-play, la situation peut facilement être explosive.

« Pour ce premier Mondial à 48 équipes, les défis ne manquent pas. Et si en 2010, l’attribution critiquée et dénoncée de la Russie pour 2018 et surtout du Qatar 2022 n’ont pas encore fini de faire couler de l’encre, ce n’est plus le comité exécutif qui décide mais l’ensemble des fédérations présentes qui vont prendre part au vote. Il reste d’ailleurs encore quelques détails à régler sur l’identité exacte des membres du congrès prenant part au vote (fédération radiée ou absente, fédération en lien trop direct avec les Etats-Unis) et qui devront attribuer leur voix au Maroc à United ou à aucune des deux » explique le site Football.fr.<