NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

Dry january : un mois de janvier sans alcool




30 Décembre 2019

On connaissait le « mois sans tabac », voici un nouveau « challenge » visant à améliorer notre santé : le « Dry january » ou le « janvier à sec ». Objectif : ne pas boire d’alcool pendant tout le mois de janvier.


Un événement venu de Grande-Bretagne

Pixabay/ Daria-Yakovleva
Pixabay/ Daria-Yakovleva
Comme souvent dans ce type de challenges qui se répandent sur les réseaux sociaux, ce sont les pays anglo-saxons qui en sont à l’origine. La naissance du Dry january remonte ainsi en 2013, en Grande-Bretagne, et l’objectif est aussi simple qu’il peut paraître difficile : ne plus boire d’alcool durant le mois de janvier. Naturellement, personne ne vous demandera de poser la bouteille à minuit pile, le soir du Réveillon, mais bien le lendemain.

Le mois n’est pas choisi au hasard : les fêtes de fin d’année sont propices aux excès et aux bonnes résolutions. Alors pourquoi ne pas tenter de passer un mois sans boire d’alcool ? Car non, il n’est pas question de demander aux personnes de cesser toute consommation, même si l’alcool est la deuxième cause de mortalité évitable après le tabac selon Santé publique France, mais de prendre conscience de sa propre consommation.

Faire le point sur sa consommation d’alcool

L’objectif de la campagne, qui ne plaît pas au lobby de l’alcool et du vin, très puissant en France, est une prise de conscience personnelle et collective. Se rendre compte, par exemple, qu’on boit trop facilement ou trop souvent un ou plusieurs verres de vin : ce pourrait être un signe d’addiction qui nécessite des soins.

Prendre également conscience de la pression sociale qui se joue, en soirée par exemple : n’avez-vous pas déjà demandé à quelqu’un « pourquoi tu ne bois pas ? » (ou ne vous a-t-on jamais posé la question ?), comme si c’était une faute sociale ? Une personne a le droit de ne pas vouloir boire, parce qu’elle roule par la suite par exemple ou simplement par choix. Mais ce sont des habitudes, des réflexes inconscients, comme « le dernier pour la route », comme on dit.