NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





L’aéroport de Londres immobilisé à cause de survols de drones




21 Décembre 2018

L’armée et la police britanniques ont été déployée à l’aéroport de Gatwick à cause du survol de drones. Des incidents qui ont causé la congestion du trafic par de nombreux reports de vols.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Il en faut décidément peu pour semer la pagaille. L’aéroport londonien de Gatwick vient de le démontrer avec une paralysie importante du trafic à cause du survol de la zone par des drones. Mercredi soir, le terminal de la capitale britannique a ainsi été très largement impacté. « "La piste de Gatwick est actuellement utilisable et un nombre limité d’avions sont prévus au décollage et à l’atterrissage", a indiqué l’aéroport sur Twitter, conseillant aux voyageurs de vérifier le statut de leur vol avec leur compagnie aérienne avant de se rendre à l’aéroport, des vols au départ et à l’arrivée de Gatwick étant toujours sujets à des retards ou à des annulations » rapporte le quotidien Sud Ouest vendredi matin. Les deux jours précédents ont été compliqués et 110 000 passagers ont été touchés par cet événement jeudi et 10 000 mercredi.

« L’aéroport avait été fermé mercredi à 21 heures après que deux drones eurent été vus en train de survoler le site. Il a rouvert brièvement dans la nuit avant de fermer à nouveau à 3h45 jeudi matin et la piste n’a pas pu être rouverte dans la journée car les drones ne cessaient de réapparaître, jouant au chat et à la souris avec les policiers. Jeudi soir, la police a indiqué que les drones avaient été aperçus plus de 50 fois dans les 24 heures » raconte le quotidien régional français.
 
L’armée a d’ailleurs été mobilisée pour déployer du matériel de surveillance quand la police locale a affirmé qu’elle recherchait activement les personnes responsables de cet important imbroglio. Pour l’heure on n’en sait pas plus sur les motivations de ces personnes, s’il s’agit d’une action malveillante visant à semer la pagaille ou d’un manque d’attention des règles élémentaires concernant le survol des zones d’aéroport. Toujours est il qu’avec les moyens déployés, le ou les responsables seront certainement identifiés. Ils encourent jusqu’à cinq ans d’emprisonnement des une amende importante. Dans ce pays, il est formellement interdit d’utiliser un drone à moins d’un kilomètre d’un aéroport et à plus de 122 mètres d’altitude.