NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







La France, un des pays les moins attractifs pour les cadres





Le réseau social et professionnel LinkedIn confirme le départ des « cerveaux » français à l’étranger.


La France, un des pays les moins attractifs pour les cadres
C’est plutôt « out » que « in ». Dans son dernier classement annuel, le réseau social américain LinkedIn confirme l’hémorragie de cerveaux français vers l’étranger. Les nouvelles sont mauvaises : non seulement les « têtes » françaises se carapatent à l’étranger, mais selon le réseau professionnel international qui regroupe cadres et dirigeants, la France ne se distingue pas par son attractivité. Pire, selon LinkedIn, elle se situerait même « parmi les pays les moins attractifs pour les professionnels qualifiés », explique le journaliste Jean Nouailhac dans Le Point.

Ce constat émane du nouveau classement annuel dressé par LinkedIn. Ce dernier établit la liste des États en fonction de leur puissance d’attraction chez les membres du réseau. En France, LinkedIn, regroupe 8 millions de membres actifs, et 380 millions à travers le monde. La France est donc mauvaise élève… comme l’Inde ! Les deux pays arrivent bons derniers dans le Top 20 2014. Avec toutes les données auxquelles LinkedIn a accès, le réseau a donc pu dresser « un classement mondial de l'émigration des cols blancs qui lui sont reliés » rapporte Le Point. Pour l'hexagone, le résultat n’est pas encourageant.

Les pays où se précipitent le plus de cerveaux et de cadres sont, dans l’ordre, les Émirats arabes unis, la Suisse, l’Arabie saoudite, Singapour, l’Allemagne, l’Afrique du Sud, l’Irlande, l’Australie, le Canada et le Brésil. Les dix pays les moins attractifs sont la France, qui par là même est le plus grand exportateur de cerveaux au monde, ex æquo avec l'Inde. Viennent ensuite les pays de la vieille Europe de l’Ouest : l'Italie, l'Espagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique mais aussi, hors Europe, la Chine, les États-Unis et le Mexique. Ainsi, pour la France, notamment, les tendances de 2013 et de 2014 se confirment. Elle est toujours bonne dernière. Plus grave, selon Sohan Murthy, l'un des responsables de l'analyse des données chez LinkedIn, « ces flux migratoires peuvent potentiellement nous donner un indice des performances économiques des pays en 2015 ». Une réalité pas très encourageante pour la France, toujours bonne dernière.

La France, un des pays les moins attractifs pour les cadres