NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

La tension monte entre les États-Unis et l’Iran




7 Janvier 2020

Si le leader nord-coréen a, pour commencer l’année 2020, émis des menaces à l’encontre des États-Unis, ce n’est pas la petite dictature asiatique qui fait craindre le pire. Jeudi 2 janvier 2020, une frappe aérienne américaine a tué le général iranien Qassem Soleimani avec, pour résultat, une escalade dans les tensions entre les États-Unis, l’Iran et l’Irak.


Les troupes américaines considérées comme « terroristes »

Pixabay/Chickenonline
Pixabay/Chickenonline
La mort du général iranien a causé une levée de boucliers sans précédents contre les États-Unis. Téhéran a juré de venger la mort de son soldat, très influent dans le pays, et menacé directement Washington de représailles. Si aucun acte de guerre n’a encore été perpétré par l’Iran, une première décision législative a été prise contre les troupes américaines.

Mardi 7 janvier 2020, le Parlement iranien a étendu aux troupes américaines une loi d’avril 2019. Désormais, pour l’Iran, les forces américaines sont considérées comme des « terroristes », tout comme le Pentagone et toute personne impliquée dans la mort du général. La portée de ce texte d’avril 2019 n’est désormais plus symbolique, alors que c’était sa teneur jusque-là et était surtout une réponse politique à la dénomination, par Washington, des Gardiens de la révolution, l’armée idéologique de Téhéran, comme « Organisation terroriste étrangère ».

Des menaces contre Israël

L’Irak, allié de l’Iran, a également pris des mesures demandant officiellement aux troupes américaines de quitter le pays. Un coup dur pour la coalition contre Daesh qui, d’ailleurs, reste en retrait pour ne pas risquer d’envenimer la situation.

Autre problème, toujours lié à la mort du général Soleimani, la décision de Téhéran de lever toutes les interdictions sur son programme nucléaire, notamment en termes d’enrichissement d’uranium. Ces interdictions étaient liées à l’accord iranien sur le nucléaire signé en 2015 et qui avait permis de mettre un frein à la tentative iranienne d’obtenir la bombe atomique.