NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

Le Coronavirus ravive les ardeurs répressives de la Chine

Journaliste pour VA Press. En savoir plus sur cet auteur



19 Février 2020

Deux opposants chinois viennent d’être arrêtés par les autorités. Alors que l’attention internationale est focalisée sur le Coronavirus, le gouvernement semble en profiter pour procéder à des arrestations qui ne sont pas liées à la situation actuelle.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Un militant des droits de l’homme, Xu Zhiyong et un intellectuel, Xu Zhangrun ont été arrêtés. En plein crise sanitaire, le gouvernement chinois a procédé à ces arrestations politiques qui n’ont a priori aucun rapport avec le Coronavirus. « Selon le site China Digital Times, les associations de défense des droits de l’homme ont fait état de l’arrestation, de la détention ou de la disparition de plus d’une douzaine de militants entre Noël et le Nouvel An. Il est fréquent que la police chinoise procède à des arrestations durant cette période où l’attention de la communauté internationale est plus faible » explique un article du correspondant en Chine du Monde.

Le parti communiste chinois peut par ailleurs utiliser la gestion de la crise sanitaire pour mettre hors circuit ses opposants : « selon le quotidien britannique The Guardian  du 16 février, l’universitaire Xu Zhangrun a été placé chez lui, à Pékin, en résidence surveillée, et a été privé de tout moyen de communication avec l’extérieur. « Ils l’ont confiné chez lui au prétexte qu’il devait être placé en quarantaine », selon un témoin. Xu Zhangrun revenait de l’Anhui, sa province natale. « Il est de fait assigné à résidence et ses mouvements sont limités », a affirmé ce témoin ». Ce dernier avait d’ailleurs prédit ce qui lui arriverait dans le dernier texte critique qu’il a publié début février. « Il est maintenant facile de prévoir que je vais faire l’objet de nouvelles sanctions. En fait, ceci pourrait bien être le dernier texte que j’écris. »

Il est désormais fondamental que les organisations de défense des droits de l’homme et les organisations internationales donnent tort aux autorités chinoises qui estiment que le Coronavirus mobilise toute l’attention. D’autant que sur les réseaux sociaux et les moyens de communication, des mesures de renforcement du contrôle ont également été prises.